Accueil > Critiques > 2014

Spoon - They Want My Soul

mardi 9 septembre 2014, par marc


Me croirez-vous si je vous dis que cet album était un de ceux que j’attendais le plus cette année ? Pourtant, tous les indicateurs n’étaient pas au vert. Tout d’abord, il y avait cet aveu du groupe d’être ‘sec’ après Transference, d’être un peu au bout du rouleau et de l’inspiration. Ce dernier était un bon album, certes, mais trop aride et cérébral pour ne pas sonner comme une douche froide après la flamboyance du crétinement nommé Ga Ga Ga Ga Ga.

Le chanteur Britt Daniel a profité d’un hiatus pour fonder avec Dan Boeckner un bon groupe nommé The Divine Fits. C’était bien, certes, mais on attendait de pied ferme le retour d’un groupe qui n’a finalement jamais déçu. Eh bien voilà, il est là, ce They Want My Soul, huitième album qui a la constance et la fraîcheur des premiers albums qu’on a tant aimés (Bloc Party, Foals, The Rapture) mais la bouteille de ceux qui savent qu’ils planent là, tout en haut.

Inside Out est un des rares moments moins emballants de cet album. Etrangement, il est situé au début, retardant le véritable démarrage. Mais ce n’est qu’un pas en arrière pour mieux sauter. On prend sa battue avec Rainy Taxi et n’atterrit plus jamais. En deux accords, la tension se crée avec une facilité déconcertante.

Il est difficile de communiquer son enthousiasme pour une musique aussi simple. Tout comme les Bowie d’il y a quarante ans semblaient une variation sur du ‘bête’ rock d’un premier abord avant de révéler leur génie, la musique de Spoon n’est pas virtuose, mais c’est de l’équilibre que naît sa force. Surtout que certains morceaux ne sont pas spécialement spectaculaires. Fort heureusement, ceux qui le sont ne manquent pas et compensent plus que largement.

Ah, ces petites déflagrations presque masquées de Knock Knock Knock. Le rythme est n’est pas rapide, mais le son de guitare est assez percussif et ils sont même arriver à incorporer des sifflements de façon pertinente. Donc si c’est plutôt sec, la finition est exemplaire. Et puis ces riffs très distordus mais pas irritants sont comme un assaisonnement bien senti. Cet album est aussi bien équilibré. A part son début un peu moins engageant, on alterne des hauts faits (l’irrésistible et discoïde Outlier, le plaisant et sautillant New York City Kiss) et des morceaux plus classiques en leur chef comme I Just Don’t Understand ou Do You.

Constamment sur le fil du rasoir, entre âpreté ultime et facilité pop, Spoon retrouve la facilité de l’antépénultième album, en mieux. Cet album qui grandit, grandit au cours des écoutes se profile donc comme un candidat sérieux au podium de fin d’année.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)