Accueil > Musique > 2014 > This Will Destroy You - Another Language

This Will Destroy You - Another Language

jeudi 11 septembre 2014, par Marc


On a déjà dit que la critique d’albums post-rock s’apparentait un peu à l’exercice du goûteur d’eau, sommé de tracer des différences plus que subtiles entre des liquides qui se ressemblent peu ou prou. Pourtant, certains groupes ont eu le bon goût de faire montre de suffisamment de personnalité pour nous faciliter la tâche.

Ce n’est donc pas la première fois qu’on vous parle de This Will Destroy You, qui a réussi à sortir assez vite des références à son encombrant voisin texan (Explosions In The Sky) pour tracer sa propre route sans rien devoir à personne.

Comme sur l’album précédent, le morceau d’introduction est le plus impressionnant. Des petits arpèges pour dire et puis on envoie le gros son. Enfin, pas un déboulement de testostérone, mais une texture, une forme presque. Et ce n’est pas un magma informe, ils gardent toujours une ligne mélodique claire, laissant de l’espace pour des sons de cloche. Et on se retrouve comme souvent assez démuni au moment de parler de cette musique, abstraite et très portée sur l’évocation.

C’est aussi parce qu’on sent qu’il finira par monter qu’on laisse la tension s’installer sur Dustism. War Prayer finit aussi par s’emballer doucement, presque à contrecœur. Parfois aussi, on se résigne à ce que ça ne monte pas vraiment. Mother Opiate reste donc complétement au sol. Ce n’est donc pas la recherche permanente de l’adrénaline. Pas d’effets de manche, certes, mais le risque est de voir l’écoute cantonnée à la tâche de fond, à l’illustration sonore. D’une manière générale, il y a aussi beaucoup de drone en arrière-plan (Serpent Mound), ce qui crée un climat certes, mais pas énormément d’excitation non plus. Il y a pour moi trop de moments calmes, trop peu de grosses prises d’intensité. Et, fatalement, l’attention décroche de temps à autre.

On connait maintenant bien les méthodes de This Will Destroy You, et on sait à quel point ils ont pu les transcender pour produire du plaisir auditif pur. Sans doute que l’accumulation d’albums dans un genre aussi balisé que le post-rock nous permet moins d’en dégager toute la substantifique moelle, mais cet album correct en leur chef marque tout de même un léger tassement au vu de leurs performances passées.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)