Accueil > Musique > 2014 > This Will Destroy You - Another Language

This Will Destroy You - Another Language

jeudi 11 septembre 2014, par Marc


On a déjà dit que la critique d’albums post-rock s’apparentait un peu à l’exercice du goûteur d’eau, sommé de tracer des différences plus que subtiles entre des liquides qui se ressemblent peu ou prou. Pourtant, certains groupes ont eu le bon goût de faire montre de suffisamment de personnalité pour nous faciliter la tâche.

Ce n’est donc pas la première fois qu’on vous parle de This Will Destroy You, qui a réussi à sortir assez vite des références à son encombrant voisin texan (Explosions In The Sky) pour tracer sa propre route sans rien devoir à personne.

Comme sur l’album précédent, le morceau d’introduction est le plus impressionnant. Des petits arpèges pour dire et puis on envoie le gros son. Enfin, pas un déboulement de testostérone, mais une texture, une forme presque. Et ce n’est pas un magma informe, ils gardent toujours une ligne mélodique claire, laissant de l’espace pour des sons de cloche. Et on se retrouve comme souvent assez démuni au moment de parler de cette musique, abstraite et très portée sur l’évocation.

C’est aussi parce qu’on sent qu’il finira par monter qu’on laisse la tension s’installer sur Dustism. War Prayer finit aussi par s’emballer doucement, presque à contrecœur. Parfois aussi, on se résigne à ce que ça ne monte pas vraiment. Mother Opiate reste donc complétement au sol. Ce n’est donc pas la recherche permanente de l’adrénaline. Pas d’effets de manche, certes, mais le risque est de voir l’écoute cantonnée à la tâche de fond, à l’illustration sonore. D’une manière générale, il y a aussi beaucoup de drone en arrière-plan (Serpent Mound), ce qui crée un climat certes, mais pas énormément d’excitation non plus. Il y a pour moi trop de moments calmes, trop peu de grosses prises d’intensité. Et, fatalement, l’attention décroche de temps à autre.

On connait maintenant bien les méthodes de This Will Destroy You, et on sait à quel point ils ont pu les transcender pour produire du plaisir auditif pur. Sans doute que l’accumulation d’albums dans un genre aussi balisé que le post-rock nous permet moins d’en dégager toute la substantifique moelle, mais cet album correct en leur chef marque tout de même un léger tassement au vu de leurs performances passées.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)