Accueil > Musique > 2014 > The New Pornographers - Brill Bruisers

The New Pornographers - Brill Bruisers

mardi 16 septembre 2014, par Marc


Le tout est-il supérieur à la somme de ses parties ? C’est une question embarrassante que l’examen du cas de The New Pornographers ne permet pas de trancher définitivement. La longévité du groupe de Vancouver, qui maintient allumée la flamme délicieusement surannée d’un supergroupe (surivance aujourd’hui essentiellement canadienne) depuis 14 ans est en tout cas remarquable, et malgré une approche prudente et même décevante, leur dernier album marque même un regain de forme sensible.

Qui dit supergroupe dit membres qui ont d’autres carrières sur le côté, et union de forces pour faire quelque chose de différent. Dans le cas qui nous occupe, les personnalités sont tout de même très marquées et assez faciles à discerner. Reconnaitre les voix par exemple ne réclame aucun effort particulier.

Commençons par celui dont la carrière solo est la plus discrète, A.C. Newman. Quand il chante, la ressemblance avec James Mercer (The Shins) ne m’avait jamais troublé autant. Mais dans le genre, c’est une référence plutôt flatteuse qu’on retrouve au détour d’Hi-Rise. Les autres locomotives sont a priori à contre-emploi vu que la gaudriole ne fait pas partie de l’univers de Neko Case ou Dan Bejar. Pourtant, ce ton plus enjoué va très bien à la voix de Neko Case (Champions of Red Wine).

On a déjà évoqué l’attachement qu’on a pour l’œuvre de Dan Bejar dans Destroyer et on retrouve ce décalage sur War On The East Coast ou Born With A Sound ou son ton unique apporte un décalage sans jamais paraître incongru. Surtout quand sur ce dernier morceau il associe sa voix à celle de Case. On reconnait donc la patte des trois songwriters tout en préservant une certaine unité d’ensemble.

J’ai bien failli abandonner bien vite la partie et j’ai eu vraiment raison de m’accrocher. Il a fallu que les pièces du puzzle semblent se mettre en place. Les morceaux a priori moins marquants comme Backstairs sont abordés franco, et ça rend l’écoute intégrale de l’album bien gratifiante. De plus, les morceaux positifs ne sont pas neuneus. You Tell Me Where par exemple attaque vite et bien. Pour que le genre marche, il faut de l’engagement et des morceaux pas exagérément alambiqués. The New Pornographers a retrouvé ce qu’il manquait à Together, une immédiateté et une envie communicative qui finissent pas emporter l’adhésion.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)