Accueil > Musique > 2014 > My Brightest Diamond - This Is My Hand

My Brightest Diamond - This Is My Hand

lundi 22 septembre 2014, par Marc


C’est toujours la même histoire. La façon dont on a découvert un artiste conditionne le regard qu’on a sur lui par la suite. Par exemple, sur la foi de l’album de Clogs et d’All Things Will Unwind, je prenais Shara Worden pour la chanteuse de garde dès qu’un artiste avait besoin d’assouvir une nostalgie du bel canto.

La modernité de cet album m’a donc logiquement paru incongrue lors des premières écoutes. Or c’est elle, alliée à la voix de Shara Worden qui fait de cet album une bien belle surprise. Créatrice de musique au même titre qu’un Andrew Bird, Worden trouve ici un bel équilibre.

Evidemment, ses performances vocales sont toujours à l’avant-plan mais sans esbroufe ni démonstration excessive. Peu de chanteuses peuvent lancer d’une note Looking At The Sun. Mais cette technique est surtout au service de morceaux forts. This Is My Hand monte bien, prend une épaisseur de bon morceau de pop froide et faussement distante avec une belle pulsation. Elle suit le tempo sans jamais donner l’impression de se presser sue le beau et puissant Before The Words.

Il y a finalement peu de chanteuses qui peuvent passer outre leur technique pour livrer une musique aventureuse et dense. On pense à Roisin Murphy au temps de Ruby Blue (Lover/Killer) ou à St Vincent (I’m Not The Bad Guy avec sa basse que ne renierait pas Spoon).

Il y a un peu de mélancolie là-dedans et ce mélange chaud/froid est assez réussi (comme chez les deux artistes citées). Seule source de frustration, tous les morceaux percutants, sont placés d’emblée, comme si elle avait voulu livrer une face ‘A’ et une face ‘B’. Répartir plus équitablement les hauts faits et le reste aurait aidé à avoir une meilleure perception moyenne. So Easy peine à passionner et le vrombissant Shape est un peu plus mou.

Mais c’est du pinaillage. Shara Worden vient de sortir un album fort, et profite de sa voix exceptionnelle pour donner sa vision de la musique moderne.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)