Accueil > Musique > 2014 > Moonface - City Wrecker EP

Moonface - City Wrecker EP

mercredi 24 septembre 2014, par Marc


Après avoir suivi Spencer Krug pendant plus de 10 ans à travers autant de formations (Moonface bien sûr, mais aussi Wolf Parade,Sunset Rubdown ou Swan Lake), on s’était habitué à une certaine excellence, à un renouvellement occasionnel mais quand il a décidé de se mettre tout seul au piano, on n’avait pas anticipé que ce serait aussi brillant, qu’on serait à ce point touchés. Quelques gros concerts plus tard, le doute n’est plus permis, Julia With Blue Jeans On est une pleine, franche, magnifique réussite. L’EP qui vient de sortir et qu’il semble tentant de considérer comme un prolongement de cet album vaut lui aussi le déplacement. Mais peut-être pas pour les mêmes raisons.

On a l’impression avec The Fog qu’on a quelques morceaux de l’album qu’on n’avait pas identifiés. Mais on distingue néanmoins quelques claviers qui remontent à plus loin, à ce Organ Music Not Vibraphone Like I’d Hoped par lequel on est entré dans le monde plus personnel de Moonface.

L’intensité de Running In Places With Everything explose tout de suite en tous cas, sans attendre. Mais sur la longueur de cet EP (plus longs que certains courts albums), ne vous attendez pas à retrouver la limpidité des hauts faits de Julia, etc… Signe d’essoufflement ? Sans doute pas, même si on se surprend à penser que c’est dans le mouvement et dans le changement qu’il a toujours su rebondir sans jamais se scléroser. D’ailleurs, c’est un disque qui traite du déplacement, du déracinement nécessaire de ceux qui ‘gâchent’ leur milieu de vie. Cet EP a été écrit sur un autre continent que l’album, dans une période de transition, ce qui explique sans doute son côté métastable.

C’est subtil, mais il s’éloigne un petit peu de la nudité du piano seul. Il peut ainsi appuyer de quelques claviers la montée du très long et envoûtant Daughter of a Dove. Il laisse donc libre cours à quelques digressions maitrisées dont cet Helsinki Winter 2013 dont on avait déjà eu deux belles versions en concert.

Alors, la fin d’un cycle pour Spencer Krug ? Peut-être. En tous cas, cet EP se présente sans doute moins comme une rallonge à un album magnifique qu’une amorce de transition. Garder intacte l’intensité pure de son dernier album tout en étoffant sa palette sonore est sans doute son prochain défi. On n’a pas fini de suivre ce garçon décidément bien talentueux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)