Accueil > Musique > 2014 > Operators - EP1

Operators - EP1

samedi 11 octobre 2014, par Marc


Le plus dingue dans Wolf Parade, c’est que cette formation a compté au moins deux artistes sur-productifs. On vous a longuement parlé de Spencer Krug, attardons-nous aujourd’hui sur le cas de son ancien comparse Dan Boeckner, qu’on a retrouvé avec les Handsome Furs ou encore avec Britt Daniels de Spoon au sein des recommandables Divine Fits.

Les échos des concerts et le fait qu’ils reprennent quelques titres emblématiques des débuts de Wolf Parade nous ont un peu induits en erreur. Operators, ce n’est pas animal et brut, c’est plutôt du solide et du bien fini. On ne va pas essayer de vous faire croire cependant que cet EP surprenant de la part de Boeckner. On se surprend même à se lancer dans un jeu des sept erreurs par rapport aux Handsome Furs (pour rappel, le duo formé de Dan Boeckner et de son ex-femme Alexei Perry) mais tout semble plus carré. On ressent moins l’urgence de Face Control mais ce n’est pas non plus le calme plat de Sound Kapital.

On ne sait pas trop qui il côtoie ici, et on le sent pour la première fois tout seul aux commandes, lui qui n’aime rien tant que se confronter à d’autres personnalités. Le résultat est étonnamment plus carré, électronique. Moins de fièvre donc, mais pas d’atermoiements non plus. Start Again pourrait être le single catchy qui manque parfois à ce genre de groupe pour quitter la zone grise de l’indie pur et dur. Un petit remix pour définitivement vendre tout ça ? Ces cinq titres arrivent malgré tout à montrer plusieurs possibilités, du plus lent et pernicieux Book of Love au plus costaud Ancient en passant par un Cruel plus plat mais qu’une guitare arrive à secouer.

Il semble que Spencer Krug ait trouvé une formule qui lui convient bien avec son piano droit. Boeckner, de son côté, affine encore son amour du beat tout en restant un chanteur à forte personnalité. Décidément, on est de plus en plus curieux de voir ce qu’ils pourraient encore produire ensemble. Quoiqu’il en soit, ils ont chacun de leur côté sorti des EPs bien prometteurs et on attend de pied ferme un premier LP pour ces Operators.

http://operators.store-08.com/new/
http://wolfparade.nonstuff.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)