Accueil > Musique > 2014 > Snowden - No One In control

Snowden - No One In control

lundi 13 octobre 2014, par Marc


J’ai d’une manière générale respect et admiration pour les artistes et une affection toute particulière pour ceux qui me touchent sans connaitre l’immense renommée qu’ils me semblent mériter. Parfois même des anecdotes viennent encore renforcer ce lien. Ainsi, Snowden avait littéralement bravé la montagne et la neige pour assurer un set à minuit un jour de semaine. ll y avait à l’affiche ce soir-là Malajube et un groupe du coin qui n’avait que trois morceaux sur son Myspace (oui, c’était il y a longtemps), Fleet Foxes. Belle époque quand j’y repense (j’ai raconté ça ici).

Il y a quelques années, le nom de Snowden évoquait un groupe d’Atlanta quand Anti Anti a eu un petit succès critique. Ou plutôt, comme peu de monde ne le connaissait, n’évoquait pas grand’chose. Depuis évidemment, le patronyme est celui du geek libertaire le plus connu de la planète. Sans doute que ça n’a rien à voir avec la sortie vraiment discrète de ce second album. Et malgré ça, j’avais bien identifié l’EP Soft Syrup mais pas du tout vu passer cet album sorti en 2013. Les 5 titres de l’EP figurent d’ailleurs ici, dans des versions légèrement différentes. Le label qui sort tout ça est Serpents & Snakes, fondé à Nashville par les Kings of Leon pour promouvoir les artistes en qui ils croient.

Et les raisons de croire en Jordan Jeffares, le seul auteur à la manœuvre ici sont légion et elles n’ont pas changé. No One In Control est en tous cas parfaitement maitrisé, et propose déjà une montée. Il faudra aussi patienter un peu pour retrouver une intensité équivalente aux puissants Counterfeit Rules ou Black Eyes. Cette musique reste discrète, un peu distante. C’est ce qui peut susciter des rapprochements avec le mouvement post-punk et cold. Mais ce n’est pas que ça, la discrétion et l’intime font partie de son âme, et on y plonge moins facilement, que, disons, chez The XX. Mais la fin de Not Good Enough s’approche pourtant pas mal des climax discrets du passé. So Red aussi présente ces mêmes plaisirs

La voix et le ton un peu distants de Jeffares semblent porter toute la lassitude du monde, pourtant cet album est absolument tout sauf geignard et il porte en lui une énergie communicative. L’aspect noisy/shoegaze des concerts par contre n’est pas visible, c’est une source d’énergie qu’ils réservent à la scène, même si on retrouve un peu de distorsion de bon aloi sur le plus lent No Words No More. Il reste cependant toute cette lourdeur qu’on aime sur The Beat Comes ou encore le lancinant Keep Quiet.

Il semblerait que cet album n’ai pas eu un écho énorme et c’est évidemment dommage. Mais c’est cette discrétion, cet effacement qui paradoxalement rend cette musique si différente, si touchante. No One In Control semble porter tout le poids du monde mais on sent qu’il s’agite, qu’il convoque de la distorsion pour le plaisir de ceux qui y prêteront l’oreille. Snowden produit des merveilles mais n’assure pas la livraison, à vous d’aller chercher ces pépites comme j’ai eu le plaisir immense de les trouver.

http://www.snowden.info/blog/

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Dans les membres de la même promotion, I Love You But I’ve Chosen Darkness revient également.

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)