Accueil > Musique > 2014 > The Experimental Tropic Blues Band presents The Belgians

The Experimental Tropic Blues Band presents The Belgians

vendredi 31 octobre 2014, par Marc

Tu vivras toujours grande et belle


Un album concept sur la Belgique, ça ne peut pas être sérieux. Quand ce sont les turbulents Experimental Tropic Blues Band qui s’y collent, c’est forcément décapant. La pochette ne laisse pas de doute, avec une amusante collection de poncifs qui pourra rappeler aux anciens compatriotes les facéties des Snuls. Musicalement cependant, on est loin, mais alors très loin de Santa Belgica parce qu’ils ne renient pas leur style. Et c’est tant mieux tant on apprécie leur puissance.

La Brabançonne ne subit pas vraiment le même outrage que le Star Sprangled Banner par Jimi Hendrix. Les hymnes ne sont pas les mêmes, le symbole non plus, mais surtout l’était d’esprit du Tropical Blues Band est très loin de la contestation de Woodstock, plus proche d’un constat même pas désabusé (les constats sont souvent désabusés, allez savoir pourquoi). Pourquoi pas écrire là-dessus en fait, plutôt que s’inventer une biographie du bayou ? C’est ici et maintenant que le groupe vit, et on est contents de les voir secouer joyeusement un royaume en plein doute.

Groupe sérieux mais ne s’y prenant pas trop, The Experimental Tropic Blues Band est bien placé pour recevoir notre sympathie. Ils ont tapé dans l’oreille du grand Jon Spencer, ont enregistré avec lui et ont sans doute puisé un peu de confiance là-dedans. On retrouve d’ailleurs dans My Street des éructations qui ne sont pas sans rappeler la moiteur de Jon Spencer Blues Explosions ou de vieux Stooges pour ceux qui pensent que Classic 21, il n’y que ça qui est de la musique. Mais si cet album ne se départit jamais d’une belle énergie, elle s’exprime de différentes façons, du garage (Belgian State of Frustration) au plus electro (Belgians Don’t Cry), du punk (Disobey) à la balade éructée (She Could Be My Daughter) en passant par du très dansant et surf (Belgian Shake), voire quelques moments décousus qui pourront déconcerter ceux qui seront venus par pure curiosité (Weird).

Esprits farceurs, amateurs de l’œuvre musicale du Grand Jojo, posez-vous tout de même les bonnes questions. C’est avant tout un album incandescent de l’Experimental Tropic Blues Band, donc brut, fort, poisseux. Et assez fun. De plus, même en faisant abstraction du sujet, c’est un bon album pour les Liégeois, et si c’est sans doute une récréation, ce n’est nullement un blague potache mal fagotée. Du corps et du cœur donc. Le Roi, La Loi, peut-être. La Liberté, sans aucun doute.

http://www.tropicbluesband.com/
L’amusante interview au Soir

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)