Accueil > Musique > 2014 > The Dø - Shake, Shook, Shaken

The Dø - Shake, Shook, Shaken

jeudi 6 novembre 2014, par Marc


Un des clichés du rock veut que le cap décisif soit celui du troisième album. C’est en effet parfois l’album de trop si le groupe ne se renouvelle pas et celui que le public suit ou pas en cas de changement de cap. Si on applique ce raisonnement au duo finno-français. Dès le premier album, on avait bien cerné le potentiel énorme de la formation qui s’était un peu éteint sur le second qui comportait évidemment de grands moments.

Le jolie Olivia Merilahti et Dan Levy se sont sans doute posé les bonnes questions. Sans revenir à la fraicheur des débuts, ils ont sans doute bien compris où étaient leurs qualités. Un sens mélodique hors du commun tout d’abord, avec quelques refrains assez dingues (Trustful Hands, Dispair Hangover and Ecstasy). Parce qu’ils savent que la pop est plus belle quand elle est un peu désespérée (Lick My Wounds). C’est vraiment leur terrain de chasse favori, ou la voix de petit animal triste d’Olivia excelle. Evidemment, ce timbre particulier pourra être un frein pour certains.

Et puis ils arrivent à retrouver tout l’allant et la diversité des débuts. Il faut beaucoup d’engagement pour entamer par Keep Your Lips Sealed. Evidemment, on pourra constater que parfois les gros claviers sont placés aux avants-postes mais comme c’est surtout sur des morceaux convaincants (Miracles, Despair, Hangover and Ecstasy), on ne conclura pas au mauvais goût.

L’éclectisme est de sortie aussi puisque entre un Omen final un peu plus menaçant, ils peuvent se contenter de simplicité (Nature Will Remain). Non, tout n’est pas parfait (Opposite Ways ou Anita No sont légèrement en retrait) mais ils gardent quelques morceaux directs pour relancer la machine (Going Through Walls).

On commence souvent à perdre des groupes quand ils veulent montrer qu’ils peuvent écrire des morceaux sérieux et profonds. La spontanéité et l’immédiateté étaient moins présentes sur le second album et reviennent ici. Evidemment, ils ont perdu en chemin l’éclectisme des débuts mais leur patte est maintenant plus manifeste. Plus pop, plus rond, moins aventureux peut-être, ce troisième album confirme The Dø comme un groupe pop français majeur. Et puis on compte peu d’albums qu’on peut écouter autant sans se lasser.

http://thedomusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)