Accueil > Musique > 2014 > Sophie Zelmani - Everywhere

Sophie Zelmani - Everywhere

mercredi 12 novembre 2014, par Marc


Quand on pense ‘chanteuse suédoise contemporaine’ (pas la peine de venir déterrer ABBA, bande de petits farceurs), il y a beaucoup de talents singuliers qui viennent immédiatement à l’esprit. Pourtant, la première qu’on a découvert, c’était Sophie Zelmani (avant même Nina Persson). Sortie des radars depuis ses tubes internationaux (Always You, ce genre), elle poursuit dans son pays d’origine une carrière plutôt couronnée de succès si on en juge par les copieuses tournées et les positions dans les charts indigènes.

Cet album-ci est déjà le onzième. Le temps qui passe, comme la mine boudeuse et la voix de jeune fille. Mais ce temps ne semble pas être un ennemi mortel pour la jolie Sophie. Alors, oui, ce sont des balades, encore et toujours, mais toujours dénuées de sucre et de mièvrerie. A un tel point qu’elles confinent parfois à la sècheresse.

Les morceaux commencent souvent calmement avant de recevoir du renfort. Everywhere convoque les violons et c’est plaisant mais pour surpasser l’émotion de la simplicité du début du morceau, il faut faire plus fort. Et certains sont vraiment plus forts, ce qui nous vaut de très jolies choses comme The Lord. Outre la mélodie fondante, on retrouve un joli solo de son compagnon de toujours Lars Halapi. Enfin, on le suppose, il y a peu d’information à ce sujet. Soutenu par des cordes discrètes, il se permet ici une minute et demie, ce qui embellit le morceau sans l’alourdir. Do You Think It Could Wait tient aussi en 5 minutes tout juste, ce qui maintient un format compact et permet de rester concentré sur les chansons.

LA voix reste d’une douceur assez remarquable (My Dear). Oui, c’est déjà entendu mais bon, personne n’a vendu ceci comme révolutionnaire non plus, tout comme le fait de s’inspirer de ce qui vient de l’autre côté de l’Atlantique, quitte à rarement tomber dans une country un peu simpliste (Got To Go With Love).

Un jour vous aurez besoin de douceur, de vous envelopper sans personne alentour. Et cet album sera là, Sophie sera là pour vous. Sans doute qu’on n’est qu’une poignée hors de Suède à savoir que Sophie Zelmani produit encore mais on sait qu’elle n’a pas perdu la main et enchaine les albums doux, dignes et impeccables d’intimité.

http://sophie-zelmani.com/home/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)