Accueil > Critiques > 2014

Einar Stray Orchestra - Politricks

lundi 17 novembre 2014, par marc


Einar Stray tout seul, sans Orchestra, on avait déjà beaucoup aimé ça. Chiaroscuro était plus qu’une promesse de la part d’un jeune Norvégien qu’on devine bourré de talent. Il revient accompagné d’un orchestra et le résultat est l’opposé de ce qu’on pourrait attendre d’une telle adjonction.

Je m’explique. Le premier album avait indéniablement séduit, Teppet Faller s’est depuis imposé dans nos oreilles de très nombreuses fois, mais il y avait un goût de l’hyperbole qui pourrait faire craindre qu’il ait tenté d’ajouter une couche ou l’autre. Et c’est tout le contraire qui se passe, puisqu’ils arrivent à capturer leur emphase dans un format plus compact sans perdre de verve.

Il ne faudra pas attendre longtemps pour se laisser convaincre. Honey se présente d’emblée et on pense d’abord aux morceaux ambitieux de Villagers et puis non, on sent assez vite qu’on est bien au-delà de ça. Cette poussée est vraiment puissante, maitrisée et propose d’emblée un des meilleurs moments musicaux récents. Mais que cette fin est prenante. La plage titulaire avait déjà été dévoilée il y a quelques mois et c’était tout bonnement soufflant. Ca le reste logiquement. On retrouve tout l’allant de ce morceau, sa concision qui fait mouche. Même si on n’a rien contre la musique qui prend son temps, l’attention est ici captée et jamais lâchée.

Le surprenant côté up-tempo presque généralisé aide aussi. L’entrain communicatif Montreal pourrait être l’œuvre d’un groupe canadien. Le Stars qu’on a aimé par exemple. L’engagé a-capella For The Country apparaît donc comme une curiosité, comme un trou normand an milieu de l’album. Mais ils ne se pressent pas de peur que tout flanche pour autant. Aleksander est d’une langueur à laquelle il est compliqué de résister.

On a parlé de ceux qui arrivent à injecter l’intensité des meilleurs instrumentaux dans leur musique, c’est exactement ça qu’on a ici et qu’on apprécie toujours. Maintenant que Sufjan Stevens (influence assumée tout comme Godspeed, c’est logique) est passé du côté portnawak de la force, on est contents de retrouver quelques artistes de talent capables d’encapsuler autant d’intensité dans un format compact. Alors, un concert, bien vite ? Les échos scéniques sont en tous cas très prometteurs. En attendant, l’entrain communicatif et subtil d’Einar Stray est une des jolies confirmations du moment.

http://sinnbus.bandcamp.com/album/politricks

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)