Accueil > Musique > 2014 > Museum of Love - Museum of Love

Museum of Love - Museum of Love

vendredi 21 novembre 2014, par Marc


Il serait irrespectueux et inexact de résumer le groupe disparu LCD Soundsystem au seul James Murphy. Compagnon de jeu le temps de compilations, le batteur Pat Mahoney y tenait une place non négligeable. Impressionnant de vitesse et de précision sur scène, on a vite compris qu’il aimait ne pas se cantonner à son instrument.

Museum Of Love est donc le groupe de ce batteur, assisté de Dennis McNanny, lui aussi du label DFA. Il rejoint donc les anciens de la baguette passés au micro. On pense à Philippe Selway (Radiohead),Josh Tillman (Fleet Foxes) ou Tyler Ramsey (Band of Horses) dans les exemples plus ou moins récents (on va pas remonter à Phil Collins non plus).

On n’a donc pas eu encore l’occasion d’entendre sa voix. Et si ce n’est logiquement pas le principal atout de ce groupe, ce n’est pas non plus un frein à l’écoute. On pense surtout à David Byrne sur Down South.

Très logiquement, ça sort sur DFA, qui avait quand même laissé sa patte sur ces difficilement définissables naughties. The Who’s Who Of Who Cares aurait pu se retrouver sur une de leurs compilations. Le résultat est donc étonnamment proche de ce qu’on a pu entendre chez LCD Soundsystem et pour être complètement honnête, cet album un peu sorti de nulle part tient la dragée haute au dernier de LCD. Sans doute que les attentes sont moindres, il n’y avait pas de classiques auquel le comparer. On pense tout de même que le rôle de Mahoney ne devait pas être négligeable. Le début de l’album est en tout cas très engageant.

On retrouve d’ailleurs la même propension à étirer les morceaux, pour laisser l’aspect répétitif devenir entêtant. Même le cowbell est de sortie sur In Infancy. Le plus lent Fathers rate un peu son côté hymnesque, notamment parce que le chant n’est pas captivant et parce que le gimmick est un peu trop long. Ce gros son de synthé-là gagnerait compter moins de mesures. Enfin, moi ce que j’en dis…

Logiquement aussi, quand les mélodies ne sont plus simplistes, le chant n’est pas souverain (Fathers). Pourtant, tout tienty la route, même si certains morceaux semblent bien en roue libre et une jam krautrock tourne sur elle-même (The Large Glass). On savait que Can était une source d’inspiration pour ces gens. Cette référence est encore plus clairement assumée ici.

Il y a cependant de bien bonnes choses, solides, longues en bouche et bien charpentées. Le présent de DFA, c’est donc plutôt le batteur Mahonney qui s’en charge.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)