Accueil > Critiques > 2014

Mono - The Last Dawn/Rays Of Darkness

mardi 25 novembre 2014, par Marc

Duo de Mono


Le plus grandiloquent des groupes de post-rock revient avec deux albums. Pourquoi cette solution plutôt qu’un album double ? Mystère, le public potentiel étant le même et déjà clairement identifié. Notons pour l’anecdote qu’à l’instar des albums The Stage Names et The Stand-Ins d’Okkervil River, les pochettes peuvent s’apposer pour constituer un seul dessin vertical.

On n’est pas là pour faire la fine bouche, quand on se lance dans l’écoute d’un Mono (et a fortiori, de deux Mono), c’est justement s’empiffrer de lyrisme jusque-là. Et The Last Dawn fournit la dose attendue. il est bon de revenir de temps en temps aux classiques, quitte à réécouter des poncifs. The Land Between Tides/Glory frappe juste d’emblée, progressivement, comme un échauffement nécessaire aux longs efforts. Et on sent le vent cinglant sur la falaise, parce que le romantisme puissant est là.

Mais le groupe nippon maitrise son sujet et c’est au piano qu’ils enchainent Katana, avec des guitares languides pour nous confirmer qu’ils ne laisseront jamais vraiment retomber la pression. Les jolis arpèges de Cyclone ne duperont personne, ils sont là pour la mise à feu. Elysian Castles est plus linéaire et pas trop exaltant. Mais rien de rébarbatif non plus. On attend donc logiquement les brouillards de guitare qui interviennent sur Where We Begin.

Voilà, c’est le versant le plus attendu de Mono, où leur lyrisme parfois contenu s’exprime avec le moins de surprise.

Le second volet les voit sortir un peu de leur routine. Pourtant, le premier morceau est tout-à-fait classique en leur chef. Recoil, Ignite ne semble jamais desserrer l’étreinte et génère la plus grosse décharge d’euphorie, se profilant comme le meilleur morceau des deux albums haut la main.

Surrender marque logiquement un tassement sans doute voulu, même si des cuivres maintiennent l’intérêt. Oui, il y a de l’éructation sur That Hand That Holds The Truth. Non, on ne tentera pas de vous faire croire que ces beuglements étouffés de Tetsu Fukagawa (de la formation post-hardcore du soleil levant Envy) constituent le meilleur moment du disque.

The Last Rays montre une face plus bruitiste et abstraite, qu’on a été plus habitués à entendre du côté de groupes comme This Will Destroy You. C’est à la limite du drone, c’en est carrément en fait. Donc ce second volet leur permet de pousser un peu plus loin le bouchon, en dehors de leurs sentiers battus mélodiques. Tout est évidemment relatif puisque les deux albums partagent même quelques points communs, comme commencer par leur meilleur morceau puis relâcher la vapeur.

Un jour je tenterai d’écrire une critique de post-rock uniquement à base de critiques existantes. Vous verrez, ça peut marcher. En attendant, Mono s’offre un faux double album qui laisse libre cours à ses aspirations de toujours (un romantisme un peu désuet mais diablement efficace par moments) tout en s’essayant à quelques tentatives à la marge. De quoi satisfaire les déjà conquis qui écouteront sans se laisser trop surprendre.

http://www.monoofjapan.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça (...)