Accueil > Musique > 2014 > BRNS - Patine

BRNS - Patine

mardi 23 décembre 2014, par Marc


D’où nous vient cette paranoïa qui nous éloigne des trop bonnes réputations ? Dans la capitale belge, le nom de BRNS (dites brènz si vous hésitez) semble depuis de longs mois faire l’unanimité pourtant il a fallu attendre que le premier album soit sorti depuis un petit temps pour que je me penche sur leurs cas. C’est surtout leurs prestations scéniques (déjà plus de 200 concerts au compteur) qui leur ont conféré cette flatteuse renommée et c’est généralement bon signe. Inutile de le cacher, la curiosité et l’attente étaient là. Pas la peine de tergiverser non plus, ce fut au départ une petite déception.

C’est aussi un effet pervers de l’attente. Non seulement on espère entendre du bon, mais on a une idée fausse de ce qu’on pourrait entendre. Et les premières écoutes vont dans ce sens. Un peu de Foals, certes, mais sans la ferveur. Parce que c’est cette relative lenteur qui déconcerte. Très frustrante de prime abord, elle se révèle au final culottée. Il suffisait en effet de pousser le tempo pour que tout coule tout seul.

Le risque aurait sans doute été de perdre en subtilité et ça aurait été dommage. Après un premier morceau qui sonne comme un faux départ en combustion lente, Slow Heart entame les choses sérieuses avec son art rock anguleux. On attend donc une déflagration, un choc, un dérapage, que quelque chose vienne secouer quoi. My Head Is Into You est sans doute ce qui se rapproche le plus de cette résolution (et un devient un des meilleurs morceaux de l’album). Les voix aussi font penser au groupe d’Oxford, avec leur façon de trousser des mélodies par entrelacs.

Autre écho lointain, celui de Menomenaquand les circonvolutions se font plus marquées (Inner Hell), plus hantés (Omen) ou en constante évolution (Behind The Walls). Encore une fois, il faut savoir à qui s’adresse cet album. Si vous vous endormez en serrant contre votre cœur un album de 23knots, il est probable que cet album vous semble bien sage. Que tout vous semble bien sage en fait… Many chances va plutôt voir du côté de Panda Bear, mais sans le soleil dont leurs compatriotes de Leaf Housesont capables.

BRNS est un groupe qui se frotte donc à des références très enlevées du gotha indie actuel. Il est sans doute aussi un bel exemple d’une série de groupes belges désirant s’affranchir du passé local un peu encombrant (quinze ans de groupes sonnant comme dEUS) et tracer leur propre voie, quitte à s’aliéner un public trop avide de facilité qui pense que ce qui est top chez nous, c’est Suarez, Saule ou Stromae (non hein, c’est pas ça…). Ces énormes pointures dont on parle se contentant souvent de petites salles chez nous, c’est un choix qu’on salue.

C’est un bon album ceci dit, une fois qu’on n’y cherche plus ce qu’on pensait trouver, à savoir une transe qui est ici présente mais tapie dans l’ombre. Il est donc bon à sa propre façon et on doit aussi garder à l’esprit que si on entend chez nous parler de ce groupe depuis longtemps, ceci est un premier album qui déploie une belle série de promesses. On a connu trop de formations lâchant tout d’emblée pour ne pas se réjouir d’un album qui semble surtout là pour affirmer un style et jeter des bases pour le futur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)