Accueil > Critiques > 2015

Panda Bear Meets The Grim Reaper

lundi 9 février 2015, par marc


Nous sommes en 2015 et plus personne ne s’étonne ou ne s’offusque à l’écoute d’un album de Panda Bear. Certes, le public potentiel n’est pas énorme et concerne une poignée (une grosse poignée tout de même) d’habitués mais il faut rendre hommage à Noah Lennox (seule personne sur ce projet) et ses comparses d’Animal Collective pour avoir transformé progressivement notre façon d’écouter leur musique. De plus, ils sont plus ou moins sortis des radars de la nouveauté à tout prix et les suiveurs autrefois nombreux se raréfient. Evidemment, si vous n’êtes jamais arrivés à boucler l’écoute d’un album d’Animal Collective, vous avez déjà tourné les talons.

Mais ce n’est pas Noah Lennox qui va infléchir sa trajectoire pour la peine. Huit ans après un Person Pitch impressionnant, il revient pour une nouvelle réalisation qui permet de voir tout le chemin parcouru. Ce qui a changé ce n’est pas seulement sa musique, mais sa vie.

Le Grim Reaper dont il est question dans le titre, c’est une des personnifications de la mort. Donc un équivalent à ce titre pourrait être « Panda Bear rencontre la grande faucheuse  ». Ce n’est pas seulement un contrepoint à sa musique (on y reviendra) mais une allusion à un thème récurrent à cet album qu’il n’a pas voulu comme purement autobiographique. Tout comme le Down There d’Avey Tare parlait de la lutte de sa sœur contre le cancer (j’avoue que ça m’avait un peu échappé à l’époque), on décèle entre les mots le décès de son père. Pour pouvoir mieux traiter d’un sujet pareil sur Tropic of Cancer, il s’éloigne encore un peu plus de la mélopée qui fait le sel de ses morceaux pour une écriture plus frontale. En clair, si le propos nous échappait souvent en tant que non anglophones natifs, ce n’est plus toujours le cas. Autre caractéristique, c’est une boucle de Casse-Noisette qui sert de gimmick.

Cette évolution déjà perceptible sur Tomboy se fait par touches. On retrouve en effet cet amour des voix qui rebondissent (Boys Latin), ces harmonies vocales que d’aucuns ont rapproché des Beach Boys pour ne pas admettre qu’il s’agissait de quelque chose de bien plus neuf. Il y a donc de vraies mélodies sur Acid Wash. Le résultat est une pop acidulée, qui pétille en bouche, avec des parfums artificiels bien entendu, mais tout-à-fait réjouissants.

Il n’y a pas que la grisaille et la noirceur qui peuvent rendre compte de la mélancolie. On est dans une forme presque opposée à celle de Joy Division mais comme disait Jacques Brel à propos des MarquisesEt s’il n’y a pas d’hiver/Cela n’est pas l’été’. Il faut donc aborder ce soleil comme une composante immuable, pas comme une trouée dans la brume. Ces morceaux ne sont donc pas baignés d’une lumière de vacances, mais passées à travers un kaléidoscope qui réorganise les rayons lumineux. On sait que ce n’est pas un filtre sonore placé comme cache-misère mais une écriture consubstantielle à sa forme.

Finalement, cette musique assez compliquée à décrire et qui pourrait apparaître comme intellectuelle s’adresse plus directement aux sens. Il dit s’être inspiré du hip-hop des années ’90 ou des remixes ‘dub’ d’albums connus pour trouver une pulsation à cet album. On peut aussi songer à la relecture dub de Protection de Massive Attack par Mad Professor (et intitulé No Protection) et qui arrivait à réchauffer la froideur du collectif de Bristol. Cette coloration est ici directement incluse.

Et comme souvent, ce sont les morceaux qui bénéficient le plus de cette vibration qui sont les plus réussis, comme Come To Your Senses ou le percutant Mr Noah. J’avoue que personnellement, je le trouve moins touchant dans la pure rêverie (Lonely Wanderer).

La frontière entre art figuratif et art abstrait est parfois floue et on sait qu’on peut retrouver des chefs-d’œuvre à cette frontière. Pensez à Monet ou Turner en peinture par exemple. On n’avait distingué jusque maintenant que peu d’écriture véritable chez Panda Bear mais la situation change progressivement sans que la forme ne se dénature. Il est en tout cas un de ceux (avec Bradford Cox de Deerhunter et Atlas Sounds) qui pousse le plus loin le potentiel pop de cette musique.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Panda Bear Meets The Grim Reaper 11 février 2015 13:52, par LE COUSIN DE LA REINE DE TREFLE

    Peu à voir avec PANDA BEAR (sauf quelques mots dans la critique : noirceur, mélancolie...)
    le nouvel album de LAST HARBOUR, ("CAUL") en écoute sur le site GIZEH RECORDS ...dans la lignée de leurs somptueux précédants .

    repondre message

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)