Accueil > Musique > 2015 > Björk - Vulnicura

Björk - Vulnicura

lundi 9 mars 2015, par Marc


Il est sans doute compliqué de réaliser en 2015 quelle découverte fut le premier album solo de Björk il y a 22 ans. A une époque où la notion de modernité était plus importante qu’elle ne l’est devenue, on a compté beaucoup sur l’ancienne chanteuse des Sugarcubes. Et on a eu raison. Son huitième album la confirme comme une valeur sûre, comme une artiste consciente de son statut et montrant une vraie volonté d’évoluer et d’avancer, même si les tics sont encore bien présents.

Il faut bien l’avouer, je n’ai pas toujours suivi l’Islandaise dans tous ses délires, dans toutes ses envies, au point même de faire l’impasse sur Biophilia. Mais l’occasion était belle de raccrocher le train, de reprendre le cours de sa discographie.

Ce Vulnicura se présente comme un album en deux temps, séquencé comme une progression. Cohérent dans le son de bout en bout, il commence par une série de morceaux qui reposent essentiellement sur des cordes soyeuses. Et sur Stonemilker on retrouve un joli mélange entre sa voix toujours caractéristique et une limpidité qui nous rappelle de bons souvenirs, ceux de son excellent Homogenic par exemple. Certes, on n’est pas au niveau de Yoga ou Bachelorette. Lionsong est aussi dans la même veine, avec des cordes qui semblent plus tenir de Disney qui subirait les derniers outrages qu’à de l’expérimentation pur jus.

La cohérence de la première partie rend quelques morceaux un peu plus uniformes (History Of Touches). Il faut attendre Black Lake pour qu’un peu de variation vienne perturber cette agréable mais placide balade. A partir de là, l’album bascule. Les morceaux peuvent commencer plus placidement avant de devenir plus rudes.

C’est à ce moment qu’on se rappelle que la production de cet album a été confiée au Vénézuélien Arca. Cet artiste prometteur a visiblement formé une belle équipe avec Björk et le résultat se place de façon assez naturelle dans la lignée des sept albums précédents.

Il faut le dire aussi, cette musique qui devient de plus en plus âpre risque de voir le peloton s’amoindrir lacet par lacet. Parce que fidèle à sa réputation, Björk n’a pas pu se résoudre à ne livrer qu’un album facile. C’est à la fois la bonne et la mauvaise nouvelle. Bonne parce qu’elle ne s’abaissera jamais à faire du joli, du décoratif. Mauvaise parce que Mouth Mantra amène une certaine irritation. On a beau retrouver avec plaisir Antonysur Atom Dance (il était déjà là sur Volta), ces délires restent assez froids, hiératiques et imperméables à l’émotion. Le monde a changé depuis 1993, et de nos jours quelques artistes arrivent à mêler le feu et la glace de façon plus moderne. On pense à St Vincent par exemple.

Non, on n’a pas perdu Björk. Elle arrive toujours à trouver des collaborateurs pour relancer sa passion, pour se frotter à d’autres tempéraments. Son travail avec Arca nous vaut donc un album cohérent, qui évolue du plus doux au plus dur, de cordes qui rappellent Homogenic à quelques passages plus rudes qui ne suscitent pas énormément d’émotion. Elle arrive donc à créer de la variation à l’intérieur se son système qui lui n’évoluera vraisemblablement jamais.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)