Accueil > Musique > 2015 > Will Butler - Policy

Will Butler - Policy

jeudi 26 mars 2015, par Marc


Si le nom de Will Butler vous semble familier, si son visage vous évoque quelque chose mais quoi ? c’est un peu normal. Frère de Win Butler, frontman d’Arcade Fire dont il est aussi un des membres fondateurs, c’est lui l’excité qui mettait de l’animation sur scène. Je vous parle d’un temps où les membres du groupe de Montréal jouaient des percussions sur des casques de moto placés sur la tête des musiciens, grimpaient dans les échafaudages et terminaient le concert en rue après avoir traversé la salle. C’était il y a dix ans, déjà

Si vous êtes nostalgiques des hymnes beuglés du groupe, souvent imités mais jamais égalés, vous risquez d’être déçus. Par contre, si le son moins léché et bigger-than-life que l’actuelle production d’un groupe qui siège au firmament des groupes de stades vous manque, vous pourrez trouver votre bonheur ici.

Si Policy est le premier album solo de Will Butler, ce n’est pas sa première escapade puisqu’on lui doit déjà (en collaboration avec Owen Pallett) la musique du film Her de Spike Jonze, avec une nomination aux Oscars au passage. Après Richard Reed Parry (Bell Orchestre, The National) et Sarah Neufeld, les membres d’Arcade Fire sont visiblement enclins à aussi exprimer leur talent ailleurs.

Puisque le pédigrée du musicien est ce qui nous a signalé cet album, il est logique de rechercher ces ressemblances. Et elles ne sont pas toujours faciles à déceler dans ce court album qui présente une belle variété. Et puis la voix n’est pas la même que celle du frérot. Enfin, quand elle pousse sur What I Want c’est tout de suite plus proche. Sur ce morceau rentre-dedans et au propos ironiques, la voix monte naturellement dans les aigus quand elle pousse, phénomène plus connu sous le nom de Syndrôme Gérard Jugnot).

Il y a donc quelques moments plus francs et directs (Take My Side, Witness), comme il y en avait sur The Suburbs. Le son plus brut les rendant plus mordantes. C’est aussi manifeste sur Something’s Coming, qui se présente comme une version pas du tout proprette de certains The Rapture, la voix et les chœurs rendant l’allusion encore plus manifeste.

Il y a aussi un brin d’électronique sur Anna, plus proche de ce qu’on a entendu chez Divine Fits et quelques titres plus introspectifs mais pas vraiment portés sur l’épanchement. Finished What I Started et Sing To Me sont des moments d’accalmie mais ne veulent pas vous arracher le cœur.

Il faut être honnêtes, sans connaitre les occupations de Will Butler, il est probable qu’on ne se soit jamais penchés sur son cas. Et on serait passés à côté d’un album qui dégage l’énergie brute des premiers Arcade Fire sans leur ressembler et sans la pompe, et qui suscite ce que l’impressionnant supergroupe de Montréal ne provoque plus vraiment : la sympathie.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)