Accueil > Critiques > 2015

The White Birch - The Weight of Spring

mardi 31 mars 2015, par marc


Comme pour la navigation aérienne, la lenteur est une des choses les plus compliquées à réussir. Même des groupes émouvants comme les Tindersticks s’évaporent sans une vitesse minimale. Je n’avais jamais entendu parler The Wite Birch, sans doute parce que la formation norvégienne n’avait plus rien publié depuis 2006 mais le groupe formé autour d’Ola Fløttum vient de prouver qu’il est un des maitres de l’intensité qui n’a pas besoin de fureur.

Il ne faut pas grand-chose à à New York pour nous mettre dans le bain d’un grand album. C’est donc très beau. Très simple aussi, et nous permet de retrouver l’émotion des premiers Spain. Quelques notes de piano sur The Fall, puis un peu de violon, on succombe à cette musique de matin brumeux, en regardant le soleil poindre un café à la main. Sur ce morceau d’ailleurs, la voix peut faire penser à celle de Bill Callahan. Plus haute sur Winter Bride, elle n’est jamais spectaculaire mais d’une justesse dans le ton et l’intensité qui fait mouche.

C’est la voix de Susanna Wallumrød qu’on retrouve sur The Hours. Ce qui n’est pas vraiment étonnant, elle avait déjà su nous enchanter avec des albums presque arrêtés. Ses deux comparses du Magical Orchestra sont aussi de la partie. Alors, la Norvège serait-elle le berceau de la musique douce et forte ? Si on ajoute la stupéfiante Jenny Hval, on en doute peu.

Le nom officieux du genre est le Slowcore et on comprend pourquoi sur le subtilement lourd Lantern. Quand on constate qu’on n’a aucun bémol à formuler sur aucun titre, on ne peut conclure autrement qu’en disant que c’est un grand album, surtout quand les réussites s’empilent. La montée sur rien sur The Hours qui débouche sur de l’émotion, la magnifique intensité de Lamentation qui garde toute sa limpidité malgré les couches de son, tout ou presque séduit. On se souvient alors que Gem Club nous avait plu dans le même registre (surtout sur le premier album). Ici, même quand Winter Bride est répétitif, il emporte l’adhésion. Cette musique ne se sent pas obligée d’être austère pour imposer le respect.

Souvent peu spectaculaire de prime abord à part l’ample final Spring, la musique de The White Birch ne frappe pas bruyamment mais fort et juste. Ce Weight Of Spring réunit tellement de qualités qu’on aime qu’on n’a pu que succomber. Il est parfois bon de se joindre au concert de louanges quand on estime que c’est mérité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)