Accueil > Musique > 2015 > Showstar - Showstar

Showstar - Showstar

samedi 18 avril 2015, par Marc


La lumière est-elle allumée dans le frigo quand on le referme ? Que fait le chat quand on n’est pas là ? Que font les groupes de rock quand ils ne produisent plus de tubes radiophoniques ? Nous allons nous pencher sur la dernière question si vous voulez bien, pour les deux autres vous pouvez utiliser une caméra.

Douze ans ont passé depuis Little Bastard. C’était une autre époque, celle de la promotion via les compilations subsidiées et sponsorisées Sacrés Belges qui entretenait l’illusion vite retombée d’un boom créatif. Depuis, le groupe a sorti trois albums, a connu la lassitude, a découvert d’autres envies avec le projet Sillicon Ballet avant de revenir vers nous pour un quatrième album sur le label Freaksville de Benjamin Schoos.

C’est donc plus l’envie que la nécessité que le quatuor belge revient avec un album qui prend le nom du groupe, signe récurrent de motivation (de Blur à Wire, ils sont nombreux à avoir nommé ainsi autre chose que leur premier album). La pochette présente une image très banale, certes, mais impeccablement composée. On n’osera évidemment pas en dire autant de la musique, qui compte avec raison sur un enthousiasme communicatif.

Très anglais dans la façon de trousser des morceaux sautillants (Adults), cet album présente au moins un gimmick pour presque chaque morceau. Du petit riff acide pour Mistakes On Fire à la basse bien ronde de The Trouble Is, ils permettent une écoute intégrale à ceux qui écoutent un album de rock toutes les lunes rousses.

Souvent nerveux et énergétique, ils peuvent aussi frayer à la lisière du post-punk (Follow Me Follow). Signe qui ne trompe pas, ralentir le tempo ne fait pas s’écrouler les morceaux, au contraire même (Smile.No). Ils savent donc aussi prendre leur temps et installer leurs morceaux, pour faire monter Happy Endings qui s’étire sur 9 minutes

Pour sortir en pleine lumière, il faut sans doute le single/tuerie radiophonique (quoique le rock n’a plus droit de cité sur des stations comme Pure FM) mais nous savons que ça ne nous empêche pas de profiter de ce genre d’album bien frais et secoué.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)