Accueil > Musique > 2015 > Showstar - Showstar

Showstar - Showstar

samedi 18 avril 2015, par Marc


La lumière est-elle allumée dans le frigo quand on le referme ? Que fait le chat quand on n’est pas là ? Que font les groupes de rock quand ils ne produisent plus de tubes radiophoniques ? Nous allons nous pencher sur la dernière question si vous voulez bien, pour les deux autres vous pouvez utiliser une caméra.

Douze ans ont passé depuis Little Bastard. C’était une autre époque, celle de la promotion via les compilations subsidiées et sponsorisées Sacrés Belges qui entretenait l’illusion vite retombée d’un boom créatif. Depuis, le groupe a sorti trois albums, a connu la lassitude, a découvert d’autres envies avec le projet Sillicon Ballet avant de revenir vers nous pour un quatrième album sur le label Freaksville de Benjamin Schoos.

C’est donc plus l’envie que la nécessité que le quatuor belge revient avec un album qui prend le nom du groupe, signe récurrent de motivation (de Blur à Wire, ils sont nombreux à avoir nommé ainsi autre chose que leur premier album). La pochette présente une image très banale, certes, mais impeccablement composée. On n’osera évidemment pas en dire autant de la musique, qui compte avec raison sur un enthousiasme communicatif.

Très anglais dans la façon de trousser des morceaux sautillants (Adults), cet album présente au moins un gimmick pour presque chaque morceau. Du petit riff acide pour Mistakes On Fire à la basse bien ronde de The Trouble Is, ils permettent une écoute intégrale à ceux qui écoutent un album de rock toutes les lunes rousses.

Souvent nerveux et énergétique, ils peuvent aussi frayer à la lisière du post-punk (Follow Me Follow). Signe qui ne trompe pas, ralentir le tempo ne fait pas s’écrouler les morceaux, au contraire même (Smile.No). Ils savent donc aussi prendre leur temps et installer leurs morceaux, pour faire monter Happy Endings qui s’étire sur 9 minutes

Pour sortir en pleine lumière, il faut sans doute le single/tuerie radiophonique (quoique le rock n’a plus droit de cité sur des stations comme Pure FM) mais nous savons que ça ne nous empêche pas de profiter de ce genre d’album bien frais et secoué.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)