Accueil > Musique > 2015 > Oiseaux-Tempête – Ütopiya ?

Oiseaux-Tempête – Ütopiya ?

lundi 4 mai 2015, par Marc


Le cliché veut que toutes les formations de post-rock se ressemblent. A première vue, c’est assez vrai, je pense que peu de personnes s’en sortiraient honorablement au blind-test (moi le premier), cependant une écoute plus attentive permet souvent d’aller plus loin. Si beaucoup d’albums passent entre mes oreilles avec plaisir mais sans que je ne trouve quoi que ce soit à en dire, il y a tout de même de temps en temps suffisamment de matière pour qu’on puisse au moins filer le tuyau à ceux qui pourraient être intéressés.

Une des difficultés quand on aborde le genre est que la différentiation se fait d’abord par le son, son grain, ses textures, par essence des choses compliquées à quantifier. Et ensuite le ressenti. On vibre ou pas, on entre en résonnance ou non, ce qui est l’angle d’attaque privilégié quand on aborde une critique. C’est aussi pour ça que tous ces groupes sont toujours plus intenses sur scène que sur album, quand on ajoute le son dans l’équation. Godspeed, 65 Days Of Static, Mogwai ou Cecilia::Eyes en concert, c’est une expérience.

Publié par le label belge Sub Rosa, ce second album du groupe basé à Paris est en tout cas très évocateur. Le son, justement, est ici puissant et subtil. Le batteur Ben McConnell a accompagné des artistes aussi divers que Marissa Nadler, Beach House ou Au Revoir Simone et apporte une certaine finesse à l’ensemble. Avec Frédéric D. Oberland et Stéphane Pigneul, ils ont eu la bonne idée de collaborer avec le clarinettiste Gareth Davis.

Cet apport ouvre de belles perspectives. Et ce dès le premier morceau élancé et atmosphérique. Someone Must Shout That We Will Build The Pyramids présente une entêtante basse, une clarinette en liberté et frappes chirurgicale. On n’est pas loin de l’esprit free-jazz parfois (Soudain Le Ciel) mais c’est nettement moins démonstratif et plus spectaculaire parce qu’il y a de la déflagration là-dedans.

L’inspiration de cet album est visiblement née d’une visite en Grèce dont le contexte politique et économique explosifs. Il y a donc quelques paroles sur Ütopiya/On Living et cette voix s’intègre bien. La basse a beau rester subtile et la batterie pas trop lourde, il y a de la puissance, de beaux passages intenses, avec la voix en avant-plan et d’une manière générale une belle maîtrise. Le passage de chœur sur Requiem For Tony qui pourra évoquer A Saucerful Of Secrets. Oui, il y avait déjà en germe pas mal de grammaire post-rock chez Pink Floyd. Il suffit d’un peu de beat pour qu’ils nomment Yalla Carga (Dance Song).

Il y a une première fin d’album par l’apaisé Aslan Sütü. Et puis une seconde, en live qui semble plus un bonus et donne surtout envie de découvrir la formation en concert. Le dernier Palindromes Series est assez dantesque avec ses 22 minutes. C’est évidemment un morceau pour ceux qui ne sont pas allergiques à la mise en place longue. Les sept premières minutes n’offrent en effet que peu de variations mais l’ensemble reste impressionnant. Un groupe de post-rock de plus donc ? Oui et non, celui-ci a en effet tellement d’arguments à faire valoir que sa personnalité ne peut que séduire les amateurs du genre.

http://www.oiseaux-tempete.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)