Accueil > Musique > 2015 > Séance de Rattrapage #31 - Dunk !

Séance de Rattrapage #31 - Dunk !

mercredi 27 mai 2015, par Marc


Dans un monde bien fait et dénué d’aléas techniques, ces critiques auraient paru avant le Dunk ! festival qui a eu lieu à Zottegem entre le 14 et le 16 mai. Mais bon, c’est seulement maintenant que je peux vous donner des avis sur des groupes que vous y avez peut-être vus. Un groupe du cru complète le menu du jour.

Solkyri - Sad Boys Club

Non, ce n’est pas le premier groupe de post-rock Australien dont on vous parle puisqu’il a déjà été question de Sleepmakeswaves. Comme tout est dans tout, Solkyri a déjà accompagné ce groupe en tournée.

Gros tempo dès le début, roulement de batterie, le quartet australien mise beaucoup sur la puissance, en faisant presque plus du rock instrumental que du post-rock proprement dit. On les sent turbulents. Pas pleins d’adrénaline comme Russian Circles mais on devine une envie d’en découdre qui ne les laisse jamais baisser le rythme. Mais ça n’empêche pas quelques accélérations bien senties, voire même un peu de violon sur le final Farewell Bluebird.

Parfois aussi, ils temporisent pour mieux sauter, entamant I Felt Unsafe, I Felt At Home au clavier pour offrir une déflagration en bonne et due forme. Bref, un album de post-rock enlevé et énergique qui vous permettra de surmonter n’importe quel coup de barre.

Tangled Thoughts Of Leaving - Yield to Despair

Restons donc sur la lointaine île avec un autre groupe, plus lourd et plus lancinant. A priori, cette musique est taillée pour le live et ils ont déjà partagé l’affiche avec This Will Destroy You, Russian Circles ou 65 Days of Static.

Ce n’est peut-être pas ébouriffant d’un point de vue mélodique mais fort bien exécuté. Et ils peuvent prendre de l’épaisseur aussi et assurer sur la longueur, assurant assez de variations pour différentier les deux premiers morceaux logiquement enchaînés. Le second volet qui présente un agréable contrepoint au premier avec une batterie présente mais aussi subtile (The Albanian Sleepover – Part Two)

Il y a ceux qui poussent le rock instrumental dans leurs derniers retranchements ou s’affirment par une personnalité bien marquée et puis les formations appliquées. Vous avez déjà compris que c’est le dernier cas de figure qui s’applique ici mais que pour l’amateur que vous êtes peut-être, c’est impeccablement fait et tout-à-fait fréquentable. On ne demande pas à tous les épisodes d’une série d’être inoubliables mais de nous faire passer un bon moment.

Illuminine - #1

Zeal Records pourrait être une rubrique à part entière sur ce site. Non, je ne suis pas appointé par la structure louvaniste, mais force est de constater que je n’ai jamais été amené à modérer mon enthousiasme.

La sortie dont on parle aujourd’hui est le projet d’un homme, Kevin Imbrechts, qui a pu s’asssocier à des des organisations louvanistes connues et réputées (Het Depot et STUK) mais aussi à Birgir Jon Birgisson qui se cache derrière le son de Sigur Rós. Rien de moins.

Post-rock donc ? Oui, bon, chipotons pas. Il y a quelques arpèges de guitare et une progression sur un thème dans Llyr, en faisant une sorte d’ Eluvium louvaniste. C’est surtout une musique instrumentale apaisée. Majestueuse, intime et ample à la fois, ne dédaignant pas d’être joli aussi (For What It’s Worth). Il intercale même des interludes musicaux pour ne pas que l’accumulation d’adrénaline ne devienne nocive.

Il arrive donc à alterner de purs moments de détente et des passages plus intenses qui ont des arpèges de guitare comme ligne mélodique principale et un apport toujours bienvenu de cordes (Winter, Go). Donc si les sons d’A Winged Victory For The Sullen (avec qui il partage occasionnellement la scène) ou Ólafur Arnalds vous plaisent, voici un beau supplément.

http://www.illuminine.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Séance de Rattrapage #31 - Dunk ! 28 juin 2015 11:44, par Arnaud

    J’avais des places gratuites pour ce festival, de base, je ne m’y serait pas rendu parce que les groupes ne sont pas franchement connus mais pour le coup, je dois avouer que je me suis vraiment bien plu à ce festival, il y avait une bonne ambiance et les groupes se laissaient vraiment écouter.

    Arnaud de pret-personnel-belgique.be

    repondre message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)