Accueil > Musique > 2015 > Of Monsters and Men - Beneath The Skin

Of Monsters and Men - Beneath The Skin

vendredi 3 juillet 2015, par Marc


Il n’est pas toujours simple de discerner les intentions d’un groupe sur un premier album. Quand on a vu débouler le sympathique premier album d’Of Monsters and Men, on a découvert une formation islandaise qui semblait comme tant d’autres penser que le temps ne s’était pas écoulé depuis Funeral d’Arcade Fire. Ce n’étaient certes pas les premiers, et on savait que les parcours des groupes qui commencent de la sorte évoluent vite vers autre chose. Avec plus (Fanfarlo) ou moins (My Latest Novel) de bonheur.

On n’avait pas non plus prévu le succès radiophonique international, la chanson Little Talks s’étant tout de même offert une belle rotation un peu partout en Europe. C’est à Forest National qu’ils se produiront alors que leur premier passage était dans la petite salle de l’AB. Pour ceux qui ne sont pas aussi familiers des salles bruxelloises, on parle d’une capacité décuplée. Donc, le groupe a grandi de plusieurs tailles d’une fois, tout comme sa musique comme on va le voir.

Ce qui frappe d’emblée, dès Crystal qui a été proposé en single, c’est le son énorme et la force de frappe. Slow Life, Hunger, Wolves Without Teeth ils sont tous abordés pied au plancher. Quand Hunger commence lentement, on se doute que ce n’est qu’un répit de courte durée et de fait, le gros son déboule immanquablement. Sur Thousand Eyes, ils nous gratifient d’une grosse montée mais ils reviennent au chant assez vite, histoire de nous signifier qu’on n’est pas là pour expérimenter, que ce n’est qu’un coup de fièvre dans un morceau normal. Human a une dose de mélancolie mais une puissance trop élevée pour inspirer la sympathie. Étrange que dans ce contexte ils aient voulu collaborer avec le plus subtil Chris Taylor de Grizzly Bear.

Les chœurs qui s’égosillent remis au goût du jour par le couple Chassagne-Buttler n’est plus ici qu’une des composantes d’un son énorme (Empire). Oui, c’est de la musique de stade. Ceci dit, ils font ça fort bien. Il n’y a guère qu’Organs pour oser rester une balade avec une jolie mélodie et un tout petit peu de violon, instrument qui a bien moins droit de cité ici. C’est dans la vraie-fausse ballade qu’ils donnent leur meilleur (We Sink) mais d’une manière générale trop peu de variété lasse et on a quand même vite l’impression d’écouter une suite de variations sur le même morceau. Un morceau puissant et convaincant, certes, mais bon, un peu toujours le même.

Il y avait débat pour savoir si la voix de la chanteuse ressemblait plus à celle de Kate Nash ou de Florence Welsh. On va trancher en disant que le timbre évoque plus la première mais que musicalement, on est moins éloigné de la seconde pour la volonté d’en mettre plein les oreilles. La voix masculine quant à elle évoque plutôt The XX. Certains sons de guitare sur Humans y ramènent aussi mais ils ne peuvent pas s’empêcher de recourir à un gros coup de kick, histoire de tuer une bonne fois pour toutes toute possibilité d’intimité. On est donc d’autant plus admiratifs du trio anglais qui arrive à rester touchant parce que modeste et juste.

Plaisant de bout en bout, puissant presque toujours, émouvant quasiment jamais, Of Monsters and Men se présente comme un grand nom en devenir, un tête d’affiche de festival sous peu. Ou de ceux qui en font l’unanimité en début de soirée (et tu danses danses danses…). On continuera donc à les suivre de loin sans faire des loopings à l’annonce de leurs sorties. Trop concentrés sur une formule qu’ils estiment bonne, ils ne laissent plus de place à autre chose, rendant l’écoute intégrale bien uniforme et complètement étanche à l’émotion.

http://www.ofmonstersandmen.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)