Accueil > Musique > 2015 > Stephan Bodzin - The Powers of Ten

Stephan Bodzin - The Powers of Ten

mardi 11 août 2015, par Marc


Il y a des artistes qui passent comme ça, livrent un album magnifique et disparaissent aussitôt du radar. Par la faute d’un public versatile ou d’un état de grâce compliqué à reproduire, allez savoir. Aux côtés de The Field, Paul Kalkbrenner (qui revient en ce moment en forme moyenne) ou Pantha Du Prince (ce dernier étant tout de même plus constant), on avait cédé aux sirènes de Liebe Ist… de Stephan Bodzin il y a huit ans et on est donc tout surpris de le voir ressurgir.

Et on peut dire que le retour du producteur de Brême fait vraiment du bien. Oubliez donc les roulements de batterie vulgos, les chants de diva de prisunic, l’EDM beauf, on navigue ici dans des eaux plus classieuses. Ce qui ne veut pas dire austère pour autant.

Non, la minimale n’est pas morte, elle s’agite encore sur Ix où des couches collisionnent et s’entrechoquent. On a toujours droit à de grosses décharges, à de faux redémarrages qui se relancent comme on frappe une boule de flipper. Et les poussées sur Lila ou Zulu sont évidemment très générateurs d’euphorie. La rythmique est pneumatique et les morceaux restent louvoyants, voire lancinants (Odysee). Mais il arrive à trouver l’équilibre entre un son bien rond et des nappes plus atmosphériques (Birth). Et puis ces morceaux sont en permanente évolution, ne sont jamais figés.

Après un relatif ventre mou de milieu d’album, une plage titulaire qui propose moins de relief, il repart de belle façon avec Lila dont on a déjà évoqué les giclées d’adrénaline. Et puis il nous achève avec le long Wir (qui prend même le temps de presque s’arrêter, ça s’écoute ci-dessous) qui m’est resté vissé en tête pendant longtemps.

Sans doute que cet album compte moins de bouffées d’euphories froides que sa première livraison de 2007. Encore qu’on a pu l’écouter encore et encore sans jamais se lasser. Très subtil et générateur d’une euphorie durable, cet album de Stephan Bodzin est un de mes rafraîchissement de l’été.

http://www.stephanbodzin.com/

Et tout l’album peut s’écouter ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)