Accueil > Critiques > 2015

Stephan Bodzin - The Powers of Ten

mardi 11 août 2015, par marc


Il y a des artistes qui passent comme ça, livrent un album magnifique et disparaissent aussitôt du radar. Par la faute d’un public versatile ou d’un état de grâce compliqué à reproduire, allez savoir. Aux côtés de The Field, Paul Kalkbrenner (qui revient en ce moment en forme moyenne) ou Pantha Du Prince (ce dernier étant tout de même plus constant), on avait cédé aux sirènes de Liebe Ist… de Stephan Bodzin il y a huit ans et on est donc tout surpris de le voir ressurgir.

Et on peut dire que le retour du producteur de Brême fait vraiment du bien. Oubliez donc les roulements de batterie vulgos, les chants de diva de prisunic, l’EDM beauf, on navigue ici dans des eaux plus classieuses. Ce qui ne veut pas dire austère pour autant.

Non, la minimale n’est pas morte, elle s’agite encore sur Ix où des couches collisionnent et s’entrechoquent. On a toujours droit à de grosses décharges, à de faux redémarrages qui se relancent comme on frappe une boule de flipper. Et les poussées sur Lila ou Zulu sont évidemment très générateurs d’euphorie. La rythmique est pneumatique et les morceaux restent louvoyants, voire lancinants (Odysee). Mais il arrive à trouver l’équilibre entre un son bien rond et des nappes plus atmosphériques (Birth). Et puis ces morceaux sont en permanente évolution, ne sont jamais figés.

Après un relatif ventre mou de milieu d’album, une plage titulaire qui propose moins de relief, il repart de belle façon avec Lila dont on a déjà évoqué les giclées d’adrénaline. Et puis il nous achève avec le long Wir (qui prend même le temps de presque s’arrêter, ça s’écoute ci-dessous) qui m’est resté vissé en tête pendant longtemps.

Sans doute que cet album compte moins de bouffées d’euphories froides que sa première livraison de 2007. Encore qu’on a pu l’écouter encore et encore sans jamais se lasser. Très subtil et générateur d’une euphorie durable, cet album de Stephan Bodzin est un de mes rafraîchissement de l’été.

http://www.stephanbodzin.com/

Et tout l’album peut s’écouter ici

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)