Accueil > Musique > 2015 > FFS- FFS

FFS- FFS

samedi 15 août 2015, par Marc


A l’instar des albums des albums de Noël qui ont une furieuse tendance à sortir en novembre, cet album pour accompagner notre été est sorti en juin. C’est tout de même bien fait je trouve…

Il est compliqué d’aborder un album comme celui-ci sans parler de ‘collaboration improbable’. Encore qu’improbable n’est sans doute pas le meilleur terme tant le résultat de cet album est cohérent. Il y a des collaborations qu’on n’a pas vraiment vu venir mais qui semblent frappées du sceau de l’évidence. Faire sérieusement une musique qui ne se prend pas au sérieux étant un des points communs les plus faciles à déceler entre ces deux groupes de génération différente. Si on a découvert Franz Ferdinand par leur brillant premier album de 2004, les frères Mael sévissent en effet en tant que Sparks depuis 1971.

Par facilité, on pourrait dire que la base semble être des chansons de Sparks débarrassées de leur longueur souvent excessive qui reçoivent le renfort bienvenu des Anglais. C’est particulièrement visible sur un titre comme A Man Without à Town. Les deux voix sont d’ailleurs présentes sur tous les morceaux. Ceci dit, il est difficile de discerner facilement qui a inventé quoi. En tous cas, ça fait belle lurette que Franz Ferdinand n’a plus présenté un versant aussi pop, voire même électronique.

Pas à dire, ils connaissent leur affaire. Aucun problème pour faire décoller Police Encounters, pour balancer Dictator’s Son d’un gimmick de piano bien appuyé typique de Ron Mael ou emballer Call Girl (Why don’t call, girl ?). Ils placent en toute fin et avec l’ironie qu’on leur connaît Collaborations Don’t Work. C’est une pièce presque progressive, une habitude Sparksienne qui a parfois été ce qu’aurait pu être Queen avec la dose d’humour nécessaire et une fin qui bénéficie de la science du groupe de Franz Ferdinand. Ils ont en tous cas cet air franc et ludique pour dire Tell everybody to piss off tonight (Piss Off). Même quand ils ralentissent l’allure, Kapranos réussit Little Guy From The Suburbs qui name-droppe l’existentialisme parce qu’on ne se refait pas, parce que cette récréation veut montrer ses ambitions.

On ne sait pas encore s’il s’agit d’un divertissement ou d’un projet qui va durer mais on aimerait un prolongement de cette symbiose bien réjouissante, supérieure aux dernières productions des deux groupes

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)