Accueil > Musique > 2015 > Destroyer - Poison Season

Destroyer - Poison Season

jeudi 3 septembre 2015, par Marc


« Find something difficult to do and do it »

Est une phrase qu’on retrouve sur un des anciens albums de Destroyer, le groupe articulé autour de l’omniprésente figure de Dan Bejar. Si on ne peut pas dire que l’enchainement de ses albums sente la difficulté, on peut néanmoins lui reconnaitre qu’il ne s’est jamais laissé enfermer dans un style. Après le rock psychédélique de Trouble In Dreams et les accents années ’80 d’un Kaputttrès bien côté mais qui m’avait rebuté par sa froideur et son excès de saxophone, il semble bien parti pour faire de ce Poison Dream un sommet de sa carrière.

Donc, les louanges n’ont pas vraiment paralysé Dan Bejar dans l’élaboration de cet album, d’emblée marqué par une ampleur rare. S’il prend un malin plaisir à changer de style à chaque album, on peut placer celui-ci dans la droite ligne de sa dernière tournée où sa formation ample assurait un déploiement sonore dense et inspiré, comme une version intime du fameux E-Street Band de Bruce Springsteen. On pense évidemment au Boss du New-Jersey une fois ou l’autre et tant qu’on en est à évoquer les grands, on songe occasionnellement au David Bowie de Fame.

Mais si cette ampleur manifeste sur des morceaux denses comme Midnight Meet The Rain qui peut évoquer de vieux morceaux funk, on note aussi une autre inclination bien plus intime. Le meilleur exemple est la triple déclinaison du morceau Times Square dont les délicats violons démarrent l’album. Dans cette veine, il arrive à être vraiment touchant sur Solace’s Bride ou Girl In Sling. Ce qui est le plus remarquable, c’est que cette profusion ne tombe jamais dans le sirupeux (Bangkok pourrait basculer mais ne le fait pas).

Donc, cet auteur aux paroles opaques et au chant presque imprécatoire par moments n’est pas pour autant un individualiste, lui qu’on retrouve avec bonheur du côté de Swan Lake ou The New Pornographers. Et sa déclamation particulière n’a jamais été une limitation. Bien au contraire, elle permet d’assurer du liant aussi bien dans les moments tendres évoqués ou quand The River se fait ample, avec plein d’instruments mais aussi une vraie attention portée aux mélodies, aux purs gimmicks musicaux.

Vous l’aurez deviné aisément à la lecture des paragraphes qui précèdent, on a affaire à un des gros albums de l’année. La conjugaison de l’inspiration poétique décalée de Dan Bejar et d’un backing-band de première bourre donne un Poison Season à la fois dense et intime, puissant et subtil à la fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)