Accueil > Musique > 2015 > Séance de rattrapage #35

Séance de rattrapage #35

vendredi 11 septembre 2015, par Marc


Découverte et éclectisme aujourd’hui avec les Italiens déjà bien éclectiques eux-mêmes de The Shape, l’electro intense de Jeanne Added et les belles ténèbres de Chelsea Wolfe.

The Shape - Lonely Crowd

On ne peut pas dire que les albums rock de groupes italiens nous arrivent par paquets. Heureusement, Five Roses est là pour nous en faire parvenir de temps en temps comme celui-ci sorti dans la péninsule l’an passé. Une des qualités de The Shape est sans aucun doute sa versatilité. Le premier morceau monte déjà, se stabilisant dans un rock langoureux avec quelques accents hispanisants. Le plus musclé Vacuum Eye rappelle des choses comme Cursive qui aurait la voix de Laurent Leemans (faites un effort quoi).

Cette voix assez chaude permet d’ailleurs d’assurer tous ces genres. Ancient Woman sonne comme un antique Strangelove avec un petit riff aigu qui pourrait en remontrer à Interpol. D’autres noms viennent de façon aussi disparate à priori que Faith No More (The Swan) ou Mumford and Sons (Susnshine). Et le tout est servi avec une belle santé, quelques guitares psychédéliques et des morceaux qui s’arrêtent avant de repartir. De quoi en faire un album bien agréable vous l’aurez deviné.

Jeanne Added - Be Sensational

C’est un fait connu et maintes fois vérifié bien ne sont pas les albums qu’on à beaucoup écoutés qui sont les plus faciles à commenter. Arrivé précédé d’une flatteuse réputation, le premier album de la Française Jeanne Added s’est en effet imposé dans nos oreilles avec une facilité dérisoire.

Il faut dire que cette musicienne jazz de formation fait montre d’un bel abattage et aussi d’une voix puissante, à l’aise quand il faut mettre de l’intensité sur Look at Them ou Suddenly. Produit par Dan Lévy de The Dø, on retrouve la même versatilité et facilite mélodique que chez le duo franco-finlandais (Night Shame Pride). Mais tout est plus rentre-dedans, plus gorgé de beats (Back to Summer, It), moins alambiqué et sophistiqué que chez Gazelle Twin ou Fever Ray à qui on pense aussi occasionnellement.

Finalement, on s’est surpris à écouter bien souvent ce Be Sensational parce que mine de rien, on n’entend pas souvent d’albums electro à la fois simples et variés, chantés avec autant d’a-propos. Les réputations sont parfois bien justifiées

Chelsea Wolfe - Abyss

Lourd, pesant, sombre mais très beau. Voilà en quelques mots résumée l’impression que laisse le dernier album de Chelsea Wolfe. Vous pouvez reprendre une activité normale. Meuh non, restez.

Les hostilités ne trainent en tout cas pas puisque dès Carrion Flowers, dès la guitare lourde sur Iron Moon, ça gronde, on sent les secousses telluriques, les couches de peur. Parce qu’au contraire de groupes à grosse guitare et à chanteuse (genre Epica ou Evanescence), il y a une grosse intensité qui n’est pas décorative. On peut d’ailleurs la placer dans une grande lignée de chanteuses hantées qui va de Beth Gibbons (The Abyss, Dragged Out) à Sharon Van Etten, voire même passer pour une version dark de Marissa Nadler (Crazy Love).

On retrouve cette urgence qu’on avait perdue chez PJ Harvey sur Grey Days, un morceau magnifique qui passe en revue toutes ses possibilités, entre passages de guitares bien intenses et apport de violon pour aérer l’ensemble. Parce que non, tout n’est pas suffocant ici. Elle peut aussi laisser une ambiance plus lente s’installer (Maw), se faire plus éthérée (Simple Death) et laisser sous ce calme couver quelques éruptions bien senties (Iron Moon).

Un album sombre ou un film d’épouvante ont la même obligation : celle de nous faire croire à l’histoire, sans quoi le frisson se transforme en rire. Cet album sombre, puissant et insidieux n’est sans doute pas à conseiller à toutes les oreilles mais si l’intensité est une valeur première et si les talents féminins singuliers vous attirent, Chelsea est là pour vous.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)