Accueil > Musique > 2015 > Wilco - Stars Wars

Wilco - Stars Wars

mercredi 9 septembre 2015, par Marc

Patience et fidélité


Il faut être sacrément sûr de soi pour s’offrir le luxe de la discrétion. Et il faut de l’assurance pour sortir un album en plein été et le donner gratuitement aux fans avant même la sortie ‘physique’. Les fans gâtés avaient déjà eu droit à une longue et passionnante série de live en cadeau, et ils ne devraient logiquement pas être déroutés par ce neuvième album studio.

Qui commence étrangement comme une démo de Sonic Youth, donc de façon assez bruyante. On se rappelle alors que Jeff Tweedy a sorti un bien chouette album plein de guitares l’an passé, en duo avec son fils. Cette déroutante mise en route mise à part, on retrouve pas mal de choses qu’on aime chez eux, à commencer par une revigorante versatilité qui ne jamais ne se départit de leur unité. On passe ainsi du plus carré Random Name Generator à une coolitude que ne renierait pas Bob Dylan (The Joke Explained).

Moins marquant que le précédent, il faut aussi attendre que son aspect râpeux s’estompe. Et si l’émerveillement qui nous avait cueillis par surprise sur The Whole Love ne viendra pas, on garde cet album de Wilco avec nous, parce qu’on y revient très souvent. Il faut sans attendre Where Do I Begin pour retrouver leur intimité, ces chansons toutes légères qui entêtent sans qu’on ne s’en rende compte (Taste The Ceiling). Pour le reste, ils arrivent à nous gratifier d’une forme déviante de glam (Pickled Ginger) ou pratique le psychédélisme les orteils au vent (Magnetized), tout en laissant la fin de You Satellite gentiment déraper. Comme sur les albums précédents, on retrouve aussi une version débraillée de Spoon(Cold Slope)

On le voit, il y a plein de choses qu’on a toujours aimées chez Wilco. Sorti discrètement, semblant ne s’adresser qu’à ses fans, il témoigne de l’indéfectible attachement qu’à la bande de Jeff Tweedy pour son public toujours friand de belles choses bien faites. Wilco ne part pas à la conquête de parts de marché, il prouve qu’avec du talent et aucune prétention, on peut maintenir une discographie de longue haleine.

http://wilcoworld.net/#!/home/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)