Accueil > Musique > 2015 > White Note - Oppositional Defiant Disorder

White Note - Oppositional Defiant Disorder

mercredi 7 octobre 2015, par Marc


White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien avancés. Pour les autres, pensez à une musique intense teintée d’un lyrisme pas trop poussé. Même si la voix peut y faire penser, c’est plus sobre que ce que proposait Arid.

Cette voix est d’ailleurs toujours à la hauteur et se prête à bien des circonvolutions, ce qui est une bien bonne surprise. Remarque que je suis toujours le seul à faire, on distingue quelques pointes d’accents frenchy sur quelques morceaux (pas tous étrangement) mais ce n’est en général pas une source de réticence.
On a pris l’habitude de juger les albums sur leurs hauts faits, parce qu’il faut des morceaux qu’on puisse réécouter à l’envi. Emphatique comme il faut avec une ligne mélodique bien claire, That’s All Folks fait partie de ces morceaux gâteau, avec des couches, des surprises au fur et à mesure de l’enfoncement de la cuiller.
Si comme moi vous avez besoin d’un morceau d’accès pour un album, le voici (il est en dessous pour que vous n’ayez aucun doute.

Mais le plus chouette dans l’histoire, c’est qu’il n’est pas seul. Coma s’appuie sur de vrais violons pour arriver à nous évoquer Sigur Ros (référence dûment revendiquée du reste) par les voix de lemmings dépressifs et le climat d’ampleur la guide. Voilà il y deux sommets sur cet album mais il n’y a pas que ça. On s’en voudrait de passer sous silence le violon soyeux pour l’intro de Homeless Mind qui est en fait un instrumental presque post-rock ou les poussées de Shima qui introduit l’album de bien engageante façon.

Il semble que les groupes amples et un peu intenses sur les bords ne soient plus légions de ces jours-ci. Mais on n’en est que plus reconnaissant à ce groupe de rallumer le temps de quelques morceaux brillants la flamme d’un rock finalement intemporel et fouillé.

_https://whitenote.bandcamp.com/album/oppositional-defiant-disorder

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)

  • Séance de Rattrapage #23

    Encore une petite séance de rattrapage mêlant d’anciens amis et des découvertes recommandables. On reste dans la ligne éditoriale quoi...
    Peter Piek - Cut Out The Dying Stuff
    Sur le site de Peter Piek, vous trouverez évidemment de la musique mais aussi de la peinture. Plus qu’un hobby parallèle, cette expression graphique semble consubstantielle à sa musique. Mais tout ceci est théorique, on ne décèle pas à l’écoute du troisième album de l’Allemand la moindre trace d’abstraction qui lui semble (...)