Accueil > Musique > 2015 > Filiamotsa - Like It Is

Filiamotsa - Like It Is

vendredi 9 octobre 2015, par Marc


Un des écueils courants pour une critique est de donner des conseils ou, pire, de faire la critique de l’album ou du film qu’ils aimeraient entendre ou voir. Mais parfois, on est aussi agréablement surpris que les réticences évoquées sont balayées par une initiative bienvenue.

Dans le cas de Filiamotsa, l’album Sentier des Roches avait montré de vraies belles choses mais nous avions émis des réserves sur les parties chantées ou déclamées. Une possibilité pour les lever aurait été de produire un album instrumental, ce qui aurait tout-à-fait été dans les cordes de la formation française. La voie suivie est autre, puisqu’ils ont trouvé en G.W Sok, chanteur historique du groupe punk batave The Ex.

Donc, ce qu’on soupçonnait se confirme, Filiamotsa est un backing-band de première bourre Le souffle est différent des Fizzcarraldo sessions ou de ce que Silver Mt Zion a fait avec Vic Chestnutt mais le principe est le même, demander à un interprète singulier de donner de la vie à des compositions instrumentales inspirées et puissantes.

La voix, elle, est un peu proche de celle du chanteur de The Hold Steady. Pas un stentor donc, mais un vrai interprète, hanté et engagé comme il se doit. De plus, on n’a pas l’impression comme parfois avec les groupes instrumentaux que la voix a été plaquée sur des compositions qui lui préexistaient. Elle suit donc The Little Shop dans ses circonvolutions, les éructations appuyant ces prises d’intensité, laissant ensuite débouler le déluge de cordes, comme si Jean-Claude Vannier était poussé par une formation hardcore.

Ce ne sont d’ailleurs pas les mélodies qui sont mises en avant, mais la pression comme un post-rock sous haute tension. D’ailleurs, si certains morceaux sont ramassés (The Bus Is Late Again), ils peuvent aussi prendre tout leur temps sur Maybe, quitte à relâcher la pression d’un album qui par ailleurs ne desserre que rarement l’étreinte. Les violons sombres sont bien entendu de la partie tout au long de cet album mais Sleepy Tigers repose aussi beaucoup sur la guitare d’Olivier Melano.

Il suffisait donc d’un vocaliste motivé et accrocheur pour donner à la musique sombre et intense de Filiamotsa le petit surcroît de force. Le temps de la réserve est donc passé, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

http://motrice-prod.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez [Filiamotsa-When the vowels fall by L&S

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)