Accueil > Critiques > 2015

Filiamotsa - Like It Is

vendredi 9 octobre 2015, par marc


Un des écueils courants pour une critique est de donner des conseils ou, pire, de faire la critique de l’album ou du film qu’ils aimeraient entendre ou voir. Mais parfois, on est aussi agréablement surpris que les réticences évoquées sont balayées par une initiative bienvenue.

Dans le cas de Filiamotsa, l’album Sentier des Roches avait montré de vraies belles choses mais nous avions émis des réserves sur les parties chantées ou déclamées. Une possibilité pour les lever aurait été de produire un album instrumental, ce qui aurait tout-à-fait été dans les cordes de la formation française. La voie suivie est autre, puisqu’ils ont trouvé en G.W Sok, chanteur historique du groupe punk batave The Ex.

Donc, ce qu’on soupçonnait se confirme, Filiamotsa est un backing-band de première bourre Le souffle est différent des Fizzcarraldo sessions ou de ce que Silver Mt Zion a fait avec Vic Chestnutt mais le principe est le même, demander à un interprète singulier de donner de la vie à des compositions instrumentales inspirées et puissantes.

La voix, elle, est un peu proche de celle du chanteur de The Hold Steady. Pas un stentor donc, mais un vrai interprète, hanté et engagé comme il se doit. De plus, on n’a pas l’impression comme parfois avec les groupes instrumentaux que la voix a été plaquée sur des compositions qui lui préexistaient. Elle suit donc The Little Shop dans ses circonvolutions, les éructations appuyant ces prises d’intensité, laissant ensuite débouler le déluge de cordes, comme si Jean-Claude Vannier était poussé par une formation hardcore.

Ce ne sont d’ailleurs pas les mélodies qui sont mises en avant, mais la pression comme un post-rock sous haute tension. D’ailleurs, si certains morceaux sont ramassés (The Bus Is Late Again), ils peuvent aussi prendre tout leur temps sur Maybe, quitte à relâcher la pression d’un album qui par ailleurs ne desserre que rarement l’étreinte. Les violons sombres sont bien entendu de la partie tout au long de cet album mais Sleepy Tigers repose aussi beaucoup sur la guitare d’Olivier Melano.

Il suffisait donc d’un vocaliste motivé et accrocheur pour donner à la musique sombre et intense de Filiamotsa le petit surcroît de force. Le temps de la réserve est donc passé, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

http://motrice-prod.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)