Accueil > Musique > 2015 > Youth Lagoon - Savage Hills Ballroom

Youth Lagoon - Savage Hills Ballroom

lundi 2 novembre 2015, par Marc


Youth Lagoon, c’est en fait Trevor Powers, artiste qui a sorti il y a quatre ans déjà un album très attachant, très en phase avec son époque qui a vu l’éclosion de talents plutôt solitaires qui sont souvent sortis de leur coquille depuis comme Mike Hadreas (Perfume Genius), Low Roar et Porcelain Raft. Le plus beau de l’histoire, c’est qu’aucun ne s’est fourvoyé depuis tout en prenant des chemins différents des autres.

La pop indie, ça ne doit être qu’excitant, une musique accessible et libérée d’un son trop propre destiné aux radios aussi frileuses que le public mainstream. Non, ce n’est pas demain qu’on entendra Youth Lagoon en faisant ses courses et si je le déplore, je dois me contenter de le constater. Pourtant, son troisième album a beaucoup pour plaire, à commencer par une belle propension à l’ampleur qui se manifeste aussi sur scène.

Après le début un peu souffreteux, il lâche les chevaux par une rythmique bien appuyée et même un peu de distorsion. Officer Telephone est un morceau solide qui le resitue d’emblée dans les parages de Menomena. L’étrange idée qui est venue après quelques écoutes, c’est qu’il chante un peu comme Sarah Assbring d’El Perro Del Mar, ce qui est un rapprochement un peu étrange mais garant d’une mélancolie certaine (Rotten Human) qu’il a souvent le bon goût de relever de coups de chaleur (Again). Et pour prouver que sa palette est large, il peut casser la routine à coups d’instrumentaux (Doll’s Estate) qui ne peuvent même se révéler bien beaux (X-Ray).

S’il n’utilise plus des pelles d’effets pour planquer la voix, il ne s’est pas transformé en candidat à The Voice pour autant. On peut en tous cas interpréter ça comme une marque de confiance en soi. Cette voix est presque systématiquement en avant en début de morceau avant que ça ne s’emballe. Ce quasi systématisme n’est pas dérangeant puisque l’équilibre est là. Et il permet de grands morceaux pop comme Highway Patrol Stun Gun sur lequel il reprend tous les éléments de chamber pop (piano aux commandes, violoncelle...) pour en faire un morceau au charme indéniable et plus accrocheur que ce que font ses coreligionnaires en moyenne.

Voilà, encore une éclosion en bonne et due forme. On avait déjà perçu ça chez d’autres de sa génération et on est contents de voir que Trevor Powers peut lui aussi passer la vitesse supérieure pour livrer ce qu’il est tellement difficile à réussir, à savoir un album de pop indépendante qui tienne la longueur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)