Accueil > Musique > 2015 > Beirut - No, No No

Beirut - No, No No

mercredi 28 octobre 2015, par Marc


On a souvent eu à déplorer que des groupes devenaient moins intéressants quand ils voulaient toucher un public plus large. Cela n’a jamais été le cas de Beirut, donc l’inspiration et la direction n’a jamais l’air d’avoir été influencées par une popularité croissante. C’est le public qui est venu à eux, pas le contraire.

On peut comprendre aussi la volonté de ne pas se laisser réduire au gimmick du ‘groupe avec une fanfare balkanique’. Certes, c’est ce qu’on entendait le plus chez eux, mais ils ont su élargir leur enveloppe. Notamment en ouvrant la composition et la réalisation à d’autres talents. La présence d’Owen Pallett sur The Flying Club Cup était une grande idée qui a donné leur meilleur album.

Relocalisé à Istanbul avec sa nouvelle compagne et après avoir succombé à une tournée trop longue, Zach Condon semble en tous cas décidé à dépouiller la musique de Beirut de ses oripeaux caractéristiques. Pourquoi pas donc. Il avait déjà tenté de façon un rien calamiteuse à ajouter de l’électronique par le passé, ce n’est pas cette voie qu’il tente ici puisque c’est souvent le piano qui donne le ton. Leurs qualités n’ont pas disparu, certes, mais il ne s’en sont pas découvertes de nouvelles non plus.

Il arrive à mettre une pulsation là-dedans (No No No) et oui, c’est bien agréable. Il faut attendre la fin du morceau pour voir débouler des cuivres qui installent une mélancolie tenace et encore, ils ne tiennent pas les premiers rangs. On savait qu’il pouvait faire ça, de Nantesà Vagabond. Mais on les sent un peu impuissants à susciter l’émotion supérieure, celle qui peut bouleverser le temps de l’insurpassable Postcards From Italy. Il y a évidemment de bonnes choses (At Once) mais une certaine uniformité guette sur ce disque.

As Needed est carrément un instrumental qui repose sur un ensemble piano/cordes. Avec un peu d’imagination, il aurait tout à fait sa place sur un album des Tindersticks. Mais bon, le groupe anglais manipule ce genre de morceau avec beaucoup plus de subtilité et de compétence (surtout sur scène).

No No No est un disque né d’une grosse fatigue, d’une envie manifeste d’autre chose. On respecte énormément Zach Condon pour avoir toujours suivi son instinct d’artiste plutôt que la facilité que son succès lui permettrait mais force est aussi de constater que les limites du groupe semblent plus visibles maintenant qu’ils s’aventurent hors de leur zone de confort. On est en tous cas assez curieux de voir quel léger revirement il nous prépare immanquablement pour la suite.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)