Accueil > Musique > 2015 > Beirut - No, No No

Beirut - No, No No

mercredi 28 octobre 2015, par Marc


On a souvent eu à déplorer que des groupes devenaient moins intéressants quand ils voulaient toucher un public plus large. Cela n’a jamais été le cas de Beirut, donc l’inspiration et la direction n’a jamais l’air d’avoir été influencées par une popularité croissante. C’est le public qui est venu à eux, pas le contraire.

On peut comprendre aussi la volonté de ne pas se laisser réduire au gimmick du ‘groupe avec une fanfare balkanique’. Certes, c’est ce qu’on entendait le plus chez eux, mais ils ont su élargir leur enveloppe. Notamment en ouvrant la composition et la réalisation à d’autres talents. La présence d’Owen Pallett sur The Flying Club Cup était une grande idée qui a donné leur meilleur album.

Relocalisé à Istanbul avec sa nouvelle compagne et après avoir succombé à une tournée trop longue, Zach Condon semble en tous cas décidé à dépouiller la musique de Beirut de ses oripeaux caractéristiques. Pourquoi pas donc. Il avait déjà tenté de façon un rien calamiteuse à ajouter de l’électronique par le passé, ce n’est pas cette voie qu’il tente ici puisque c’est souvent le piano qui donne le ton. Leurs qualités n’ont pas disparu, certes, mais il ne s’en sont pas découvertes de nouvelles non plus.

Il arrive à mettre une pulsation là-dedans (No No No) et oui, c’est bien agréable. Il faut attendre la fin du morceau pour voir débouler des cuivres qui installent une mélancolie tenace et encore, ils ne tiennent pas les premiers rangs. On savait qu’il pouvait faire ça, de Nantesà Vagabond. Mais on les sent un peu impuissants à susciter l’émotion supérieure, celle qui peut bouleverser le temps de l’insurpassable Postcards From Italy. Il y a évidemment de bonnes choses (At Once) mais une certaine uniformité guette sur ce disque.

As Needed est carrément un instrumental qui repose sur un ensemble piano/cordes. Avec un peu d’imagination, il aurait tout à fait sa place sur un album des Tindersticks. Mais bon, le groupe anglais manipule ce genre de morceau avec beaucoup plus de subtilité et de compétence (surtout sur scène).

No No No est un disque né d’une grosse fatigue, d’une envie manifeste d’autre chose. On respecte énormément Zach Condon pour avoir toujours suivi son instinct d’artiste plutôt que la facilité que son succès lui permettrait mais force est aussi de constater que les limites du groupe semblent plus visibles maintenant qu’ils s’aventurent hors de leur zone de confort. On est en tous cas assez curieux de voir quel léger revirement il nous prépare immanquablement pour la suite.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)