Accueil > Musique > 2015 > VKNG - Illumination

VKNG - Illumination

mercredi 4 novembre 2015, par Marc


Les nouveaux groupes peuvent aussi être formés par des gens aguerris. Outre les super-groupes qui matérialisent l’envie d’artistes établis (pensons à FFS et EL Vy dans un passé récent), il y a le cas plus rare qui nous occupe ici, à savoir deux amis d’enfance ayant déjà acquis séparément de l’expérience.

VKNG (prononcez ‘Viking’, c’est plus facile) est à la base un duo français. Maxime Delpierre est un guitariste et producteur qui a collaboré avec des gens comme Rachid Taha, Damon Albarn ou Mick Jones et réalisé le très bon album de Jeanne Added. Thomas de Pourquery est quant à lui un chanteur au pédigrée plutôt jazz (une victoire de la musique à la clé). Pour autant, on ne parlera vraiment pas de musique complexe ou cérébrale ici. Ni de défouloir bordélique d’ailleurs.

Alors quoi, banc d’essai, labo d’idées ? Difficile à dire mais il n’en reste pas moins que c’est une belle démonstration de compétence. Qui a le bon goût de s’exprimer dans une gamme plus large qu’il n’y parait de prime abord. En effet, lors des premières écoutes, c’est un certain clinquant eighties qui saute aux oreilles.

Mais plus l’album avance, plus il se libère de ses atours flashy et plus il devient intéressant. On sent donc cette étrange mutation à travers le séquencement, passant du glitter Illumination au bien balancé Killing In The Name Of God et passant pas le plus sombre (tout est relatif) et prenant First Pop qui nous emporte avec une grosse patate et des vrombissements d’accords mineurs. Le chant est souvent bien expressif, pouvant même ramener le souvenir d’un Bowie hors d’âge (Girls Don’t Cry).

Mais ils présentent aussi un versant plus doux et un peu plus contemplatif. We Are The Ocean assure la transition entre leur façon plus légère et un Girls In Hawaï récent version glitter (et avec un chanteur charismatique, je sais il faut faire un petit effort), pour aller encore plus loin avec le plus éthéré More sur lequel les voix se font plus délicates et qui n’aurait pas déparé Everest. On le voit, on s’est sensiblement éloignés du camp de base (ils s’en éloigneront un peu trop sur le bonus Lonely golden Boy). Et il faut reconnaitre que chaque piste explorée l’est à fond.

Un des mythes fondateurs du mouvement punk voulait que la technique, en empêchant la spontanéité, était contre-productive. L’histoire retiendra que seuls les plus compétents ont surnagé. Après  !!! qui s’avère une redoutable machine à groove pour permettre à Nic Offer de faire la glute sur scène, les deux comparses du jour ont groupé leurs compétences pour livrer un album solide (ce qu’ils arrivent visiblement à bien rendre en concert) qui peut apparaître comme lisse de prime abord mais révèle petit à petit un charme certain sur lequel on est revenus fort souvent.

http://vkngmusic.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Like Horses Do - Like Horses Do EP

    Le bon cheval
    De temps en temps, il est bon de présenter un jeune groupe, de découvrir un potentiel compagnon de route. Celui-ci est un trio français qui a compris que la pop, ça peut se muscler à coups de beats. Pourtant, pour ce groupe hexagonal, ce sont des références plus belges qui m’ont d’abord été rappelées pour The Stars. Le Ghinzu de Blow ou dEUS par exemple. On a plus infâmant en réserve dans notre petit royaume.
    Le temps de regretter que le premier morceau s’évanouisse dans un fondu alors (...)

  • Lilly Wood & the Prick - Invincible Friends

    Entre deux
    Arrivé sur ma platine au printemps, vite oublié parmi les frivolités estivales, l’album de Lilly Wood & the Prick a tenté quelques timides retours en automne, toujours discrètement présent dans mes listes de lecture sur foi de quelques tubes en puissance jamais transformés en amis pour la vie. Et pourtant, au milieu des premiers flocons de neige qui annoncent un nouvel hiver toujours plus long et rigoureux, la chaleureuse mélancolie de Prayer in C révèle comme l’âtre élémentaire (...)

  • The Clonious - Between The Dots

    Le pointilliste
    Voilà un album qui vient à point éponger une soif de découverte musicale, de quoi m’empêcher un petit temps de tourner en rond sur les sites de vente en ligne spécialisés de musiques électroniques ... anglosaxonnes. (bref sur bleep) D’ailleurs c’est sur le site allemand à l’origine plus orienté hiphop et culture street hhv que j’ai croisé le chemin de Paul Movahedi alias The Clonious.
    Fini de s’humecter les lèvres de samples electro peu originaux, voilà du lourd, de la fusion des genres, (...)

  • Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting

    La tueurie de l’année ?
    Les quatres membres, Crazy B, Little Mike, DJ Need et DJ Pone, de Birdy Nam Nam sortent en ce début d’année leur second album, produit par du "beau" monde, Yuksek et Justice.
    Ces champions du monde par équipe de turntablism au concours DMC en 2002 (la même année que le talentueux japonais DJKentaro en solo) avaient sorti un premier album prometteur d’abstract Hip-Hop. De bonnes ambiances, du bon son haché par les techniques de turntablism, c’était tout de même un peu trop (...)