Accueil > Musique > 2015 > El Vy - Return To The Moon

El Vy - Return To The Moon

samedi 7 novembre 2015, par Marc


Collaborations don’t work
They don’t work
They don’t work

C’est ce que clamaient plus tôt dans l’année FFS dont l’album est une preuve exacte du contraire (ce sont de petits farceurs). L’étrange patronyme d’EL VY (ne pas confondre avec Elvy, valeureux groupe de l’écurie Jaune Orange) recouvre la collaboration entre Matt Berninger, chanteur de The National et Brent Knopf qu’on a déjà souvent croisé chez Menomena ou son projet solo actuel Ramona Falls. On va partir du principe que les deux artistes vous sont au moins un peu familiers, sans quoi je vous renvoie, à, disons, Boxer et Prophet.

Le projet lui-même est plus excitant que le premier morceau qui avait était proposé, fort sympathique mais qui à des années-lumière de la complexité dont est capable Brent Knopf. D’ailleurs, on ne retrouve presque rien de ces surprises, de cette tension. Matt Berninger est un habitué des collaborations, lui qui a posé sa voix aussi bien chez Clogs que chez Clap Your Hands Say Yeah. Plus embêtant, l’ampleur mélancolique de The National n’est pas trop présente non plus.

Alors, un coup pour rien ? Non, pas vraiment. Mais pour ça, il faut regarder dans les détails. Dans les riffs acides de I’m The Man To Be (pour le coup on dirait presque du Beck en plus âpre) par exemple, ou dans la rythmique de Return To The Moon qui claque vraiment. On a l’impression de reprendre une bouffée de cette pop indépendante telle qu’on la pratiquait il y a un petit temps. Pensons à des artistes comme Beck (on y revient) ou Soul Coughing.

Menomena et Ramona Falls avaient cependant poussé l’originalité plus loin, atteignant une fièvre qu’on ne retrouve pas nécessairement ici. Il faut évidemment surpasser cette attente légitime mais qui ne peut être que déçue. Mais comme on s’accroche et que cet album permet les hautes rotations (signe indéniable de qualité), on finit par trouver des raisons de se réjouir. Sad Case est ainsi plus nerveux, plus soumis à des soubresauts que Knopf aime. On retrouve aussi cette sur Paul Is Alive cette façon particulière de hacher un morceau pour distiller la mélancolie en arrière-plan

La voix ne vient aux avant-postes que sur No Time To Crank Up The Sun, grand morceau à couches qui se révèle à la hauteur de l’enjeu. La montée d‘It’s a Game semble plus proche de The National mais est interrompue tout de suite, parce qu’une seule idée (même bonne), c’est un peu court sans doute. Careless est aussi plus proche de la façon du groupe de base de Berninger et permet de mesurer la différence dans l’emploi des guitares chez Knopf ou les frères Dressner. Le premier se montrant souvent plus sec et acide (Sleepin’ Light).

Les renommées des deux artistes sont tout de même assez éloignées (même s’il y a pléthore d’aficionados des deux) et il est probable que les fans plus nombreux de The National soient les plus déroutés, même si son chant reste souverain. Par sa qualité, leur implication et leur tournée imminente (on en reparle bien entendu), il semblerait logique que ce ne soit pas qu’un one-shot.

Return To The Moon ne ressemble au final ni à un album de The National ni à un album de Ramona Falls et si la conjonction des talents ne se hisse pas trop souvent au meilleur de ces deux-là, il n’en reste pas moins que la sympathie naturelle qu’on a pour le projet n’est aucunement écornée par cet album jamais décevant dans le détail. Les collaborations, en fait, ça marche.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)