Accueil > Musique > 2015 > The Lighthouse and the Whaler - Mont Royal

The Lighthouse and the Whaler - Mont Royal

jeudi 24 décembre 2015, par Marc


On découvre plus de bonnes choses sur KEXP en un quart d’heure par mois qu’en écoutant Purefm toute l’année. C’est en se basant sur cette constatation que je me balade parfois sur le site de la meilleure radio musicale du monde entier. Vous l’aurez compris, c’est comme ça que j’ai découvert The Lighthouse and The Whaler, formation de Cleveland, Ohio qu’il est plutôt compliqué de trouver chez nous.

Mais avec un peu d’astuce, il est possible de mettre la main sur leur dernier album Mont Royal. Cette référence montréalaise vient de l’endroit d’enregistrement et on se dit quelques fois pendant l’écoute que ce pourrait aussi être l’origine du groupe. Il y a dix ans, il ne fait pas de doute qu’on aurait parlé d’Arcade Fire dès le premier paragraphe. Mais du temps a passé, les suiveurs du groupe maintenant globalisé nous permettent de raffiner l’analyse.

En effet, après un premier morceau engageant et bien rond, le tout bon I Want To Feel Alive nous indique ce qu’aurait pu devenir Band of Horses s’il avait répondu à l’attente. Le son est plus froid et puissant peut-être, mais reste bien plus sympathique que, disons, Of Monsters and Men. Dernière référence avant de vous libérer, on pense aussi à la science du climax du premier My Latest Novel, avec la même envie de faire frissonner les violons en fin de Glory. Ce violon vient aussi réchauffer de ses entrelacs un morceau comme We Aren’t Who We Tought We Were.

Au-delà de ces ressemblances bien organiques, il y a aussi quelques sons de synthé plus compliqués à défendre sur Closer et ce n’est pas l’apport de groove sur Senses qui nous déridera. C’est l’autre penchant du groupe, qui pour le coup pourra plaire à ceux qui ont apprécié les revirements de Fanfarlo ou Foals (In The Open) quand ces derniers font dans l’atmosphère compacte. Under montre qu’ils ne cherchent pas l’émotion à tout prix, mais peuvent prendre de l’intensité comme ça, juste pour le sport.

On le voit, il y a pléthore de ressemblances proches ou éloignées pour cette formation qui peut aussi se reposer sur l’exceptionnelle voix de son chanteur. Il semble aussi qu’ils maitrisent fort bien l’exercice du live, ce que montre la vidéo prise par KEXP et présentée ci-dessous. On comprend d’autant moins le manque de diffusion de ce groupe forcément attachant et forcément immédiatement familier. On n’a jamais trop d’amis de toute façon.

http://thelighthouseandthewhaler.com/music/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)