Accueil > Musique > 2016 > Arno - Human Incognito

Arno - Human Incognito

lundi 18 janvier 2016, par Marc


Il est fou ou il fait le fou ? C’est le titre d’un album de Germain et Nous, par Janin et Honorez. Il faut en effet une question belge pour Arno. Parce que s’il existait un équivalent national au classement de l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité, il serait sans doute le premier à en bénéficier. On avoue aussi que la question liminaire, on se l’est déjà posée, et ce treizième album solo ne vient pas clarifier la situation.

On a donc un peu abdiqué, surtout que les deux tendances faussement opposées de ses albums sont toujours là après quarante ans de carrière, plus marquées que jamais. On peut donc séparer les chansons par leur langue. C’est une distinction qui est moins arbitraire qu’il n’y paraît puisqu’il produit dans ces deux cas des choses bien différentes. Ce qu’en racontait Laurent il y a presque six ans reste donc bien pertinent.

D’un côté donc, on a donc du blues anglophone, bien servi par une voix qui transpire l’expérience, la maturité et une certaine ironie. On retrouve donc avec plaisir cette veine sur le premier morceau I’m Just an Old Motherfucker, Never Trouble ou (Better to dance like a goose/Than to swim in the booze). On a toujours l’impresssion de retrouver un Tom Waits du plat pays et c’est toujours bien réjouissant.

L’autre versant est aussi connu et a assuré sa notoriété pour le grand public qui avait moins accroché le wagon turbulent et jubilatoire de TC Matic. L’album A La Française reste un de ses sommets et il n’abandonne pas le créneau et il a bien raison. Parce qu’ils sont rares ceux qui se frottent au français sans que ce soit leur langue maternelle, et a toujours trouvé un contrepoint, quelques surgissements pas piqués des hannetons. Il n’y en a pas énormément ici, même si on relève tout de même Je n’oublierai jamais/quand ta langue est rentrée dans ma bouche/comme une nouille sautée (Oublie Qui Je Suis).

Mais les morceaux en français sont aussi des terrains de jeu comme le prouve la naïveté un peu forcée de Je Veux Vivre ou La Chanson Absurde qui peut paraître artificielle. Ce qui fait le sel d’Arno dans ces cas-là, c’est la surprise, les tournures inattendues de morceaux emblématiques comme Putain Putain ou Mon Sissoyen. On dirait ici qu’il s’est imposé du décalage, et ça perd en force naturelle. Mais fort heureusement, il clôture cet album par le très beau Santé, montrant qu’il peut toujours être poignant.

Bluesemen crédible et amuseur public, ce sont les deux pôles entre lesquels Arno a toujours oscillé et c’est encore le cas ici. Les deux façons sont encore une fois clairement distinctes mais pour celui qui veut voir de temps à autres où en est Arno Hijntens, les nouvelles sont bonnes.

http://www.arno.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Arno - Human Incognito 20 janvier 2016 20:13, par Laurent

    Pas encore entendu l’album (retardé chez mon disquaire habituel), mais je dois dire que le single m’enthousiasme particulièrement. Et le clip est superbe ! Je rêve ou c’est le danseur du Turnpike de dEUS ?

    repondre message

    • Arno - Human Incognito 21 janvier 2016 15:04, par Marc

      Il y a un message qui a circulé, faisant état de problèmes techniques avec le CD (Quand je pense à toi manquerait).

      Bien vu ! Renseignements pris, il s’agit bien de Sam Louwyck qui joue d’ailleurs aussi dans Rundskop...

      repondre message

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)