Accueil > Musique > 2016 > Arno - Human Incognito

Arno - Human Incognito

lundi 18 janvier 2016, par Marc


Il est fou ou il fait le fou ? C’est le titre d’un album de Germain et Nous, par Janin et Honorez. Il faut en effet une question belge pour Arno. Parce que s’il existait un équivalent national au classement de l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité, il serait sans doute le premier à en bénéficier. On avoue aussi que la question liminaire, on se l’est déjà posée, et ce treizième album solo ne vient pas clarifier la situation.

On a donc un peu abdiqué, surtout que les deux tendances faussement opposées de ses albums sont toujours là après quarante ans de carrière, plus marquées que jamais. On peut donc séparer les chansons par leur langue. C’est une distinction qui est moins arbitraire qu’il n’y paraît puisqu’il produit dans ces deux cas des choses bien différentes. Ce qu’en racontait Laurent il y a presque six ans reste donc bien pertinent.

D’un côté donc, on a donc du blues anglophone, bien servi par une voix qui transpire l’expérience, la maturité et une certaine ironie. On retrouve donc avec plaisir cette veine sur le premier morceau I’m Just an Old Motherfucker, Never Trouble ou (Better to dance like a goose/Than to swim in the booze). On a toujours l’impresssion de retrouver un Tom Waits du plat pays et c’est toujours bien réjouissant.

L’autre versant est aussi connu et a assuré sa notoriété pour le grand public qui avait moins accroché le wagon turbulent et jubilatoire de TC Matic. L’album A La Française reste un de ses sommets et il n’abandonne pas le créneau et il a bien raison. Parce qu’ils sont rares ceux qui se frottent au français sans que ce soit leur langue maternelle, et a toujours trouvé un contrepoint, quelques surgissements pas piqués des hannetons. Il n’y en a pas énormément ici, même si on relève tout de même Je n’oublierai jamais/quand ta langue est rentrée dans ma bouche/comme une nouille sautée (Oublie Qui Je Suis).

Mais les morceaux en français sont aussi des terrains de jeu comme le prouve la naïveté un peu forcée de Je Veux Vivre ou La Chanson Absurde qui peut paraître artificielle. Ce qui fait le sel d’Arno dans ces cas-là, c’est la surprise, les tournures inattendues de morceaux emblématiques comme Putain Putain ou Mon Sissoyen. On dirait ici qu’il s’est imposé du décalage, et ça perd en force naturelle. Mais fort heureusement, il clôture cet album par le très beau Santé, montrant qu’il peut toujours être poignant.

Bluesemen crédible et amuseur public, ce sont les deux pôles entre lesquels Arno a toujours oscillé et c’est encore le cas ici. Les deux façons sont encore une fois clairement distinctes mais pour celui qui veut voir de temps à autres où en est Arno Hijntens, les nouvelles sont bonnes.

http://www.arno.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Arno - Human Incognito 20 janvier 2016 20:13, par Laurent

    Pas encore entendu l’album (retardé chez mon disquaire habituel), mais je dois dire que le single m’enthousiasme particulièrement. Et le clip est superbe ! Je rêve ou c’est le danseur du Turnpike de dEUS ?

    repondre message

    • Arno - Human Incognito 21 janvier 2016 15:04, par Marc

      Il y a un message qui a circulé, faisant état de problèmes techniques avec le CD (Quand je pense à toi manquerait).

      Bien vu ! Renseignements pris, il s’agit bien de Sam Louwyck qui joue d’ailleurs aussi dans Rundskop...

      repondre message

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)