Accueil > Musique > 2016 > Villagers - Where Have You Been All My Life ?

Villagers - Where Have You Been All My Life ?

lundi 25 janvier 2016, par Marc


Sur les deux premiers albums de Villagers, le mélange fonctionnait entre les compositions et ‘écriture classique et talentueuse de Connor O’Brien et un habillage plus aventureux. Mais ces versions-ci semblent peut-être plus conventionnelles dans leur intention mais paraissent aussi mieux coller à leur nature. Serait-ce l’amorce d’un revirement qu’on avait déjà du reste ressenti lors de la sortie de son intime et fort réussi Darling Arithmetic ? Après avoir emmené sur les routes ces morceaux déjà bien consistants, ils ont en effet ressenti le besoin de leur donner de nouveaux atours à ces chansons.

Cet album étant déjà bien consistant, et il semble étrange de réenregistrer des morceaux récents dans des versions pas trop différentes. Pourtant, leur traitement ici est plus consistant, et parfois même encore plus beau, comme pour Darling Arithmetic ou la très belle fin d’Everything I Am Is Yours. Le titre de cet album fait référence aux paroles de Soul Serene qui est une des relectures les plus réussies. Comme il le dit sur Courage.

Took a little time to get where I wanted/Took a little time to get free

Pour les morceaux issus des deux premiers albums, la différence est plus marquée évidemment. The Waves est ainsi plus intime. La première version étant enrichie de ‘blip-blips’ caractéristiques et un peu incongrus en première écoute. Il arrivait tout de même à en tirer une bien belle intensité et si vous voulez mon avis, ce n’est pas la dernière version qu’on entend de ce morceau à l’immense potentiel. Et ce n’est pas une version de feu de camp qu’on entend parce que la prise d’intensité est magnifique. Pour ceux qui connaissent, il y a l’impression d’aborder un nouvel album dont certaines mélodies seraient déjà dans l’oreille et on retrouve avec plaisir That Day ou Set The Tigers Free. Memoir quant à lui est un morceau écrit par O’Brien pour Charlotte Gainsbourg et jamais enregistré par Villagers.

Après le temps des expérimentations et celui d’un classicisme dépouillé, sans doute est-ce le temps de la synthèse pour Villagers. Il semble en tout cas prêt à oser se mettre au plus près de son écriture, à donner une forme plus ample, plus sage peut-être mais qui donne une très grande envie de connaitre la suite. On ne l’a pas connu pour ses constants revirements de style et de production mais force est de constater que ces versions-ci semblent dans l’ensemble plus convaincantes. Evidemment, il peut compter sur une sélection de morceaux déjà bien charpentés et écrits. Si vous ne connaissez pas encore ce que fait ce songwriter de premier plan, pourquoi pas aborder sa discographie par ce biais.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)