Accueil > Musique > 2016 > Coffee or Not - Everythig Is Falling Down

Coffee or Not - Everythig Is Falling Down

mercredi 3 février 2016, par Marc


C’est sous forme de remerciement qu’on m’a envoyé l’album de Coffee or Not. Et il ne faut pas détourner le regard (ou l’ouïe) quand une bonne surprise arrive dans la boite aux lettres. Ce groupe bruxellois ne m’étant connu que de nom, il était temps de passer à la vitesse supérieure. Ce trio qui évolue aussi en duo pour certains concerts propose des ingrédients qu’on va tout de suite appréhender.

On entendra donc une voix féminine, une section rythmique et des guitares portées sur les arpèges électriques. Les claviers sont simples et plutôt mélodiques que des nappes. Ça joue sur la répétition évidemment, mais ils ont le bon goût d’épaissir le propos et ce dès le premier morceau. De plus, cet album évolue vers plus de densité et de mélancolie, ce qui est une bonne idée pour garder l’auditeur captif et le pousser à revenir.

Les entrelacs de guitares sont bien réussis en tous cas et Everything’s Falling Down assure un bel équilibre entre entrelacs de guitare et de bien jolies harmonies vocales qu’on retrouve avec plaisir sur Nottingham.

Pour les références, pensez à Blonde Redhead ou Au Revoir Simone. Si cette langueur encadrée d’une rythmique aux aguets vous tente, n’hésitez pas à approfondir le lien ci-dessous. Are You Afraid dégage en tous cas le charme mélancolique, sans doute un peu plus mécanique que chez les premiers, surtout qu’ils laissent une grande place à des instrumentaux.

Les sons un peu identiques permettent des transitions fluides entre les morceaux qui peuvent servir de rampe de lancement. Et ils maitrisent aussi la relative lenteur avec The Day She Locked Herself Up, où un fond de post-rock très simple sert à appuyer une mélodie bien tournée. A l’opposé, May I Lay Down est un joli morceau pop plus enlevé et sur le dyptique Lightweight, ils ne sont pas loin de la fièvre krautrock avec une fièvre qui assoit de la meilleure des façons la fin d’album qui remontera une dernière fois avec What Took You So Long ?

Cet album cohérent qui pousse souvent à la réécoute emprunte des éléments assez simple pour les imbriquer de belle manière. Et on a aussi l’étrange et rare impression que ces morceaux-là en ont encore sous la pédale. En l’état cependant, pour peu que les références mentionnées vous plaisent, il y a une bien belle découverte à faire.

http://www.coffeeornot.be/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)