Accueil > Musique > 2016 > Marble Sounds - Tautou

Marble Sounds - Tautou

vendredi 5 février 2016, par Marc


On avait eu des nouvelles récentes d’Isbells, on est donc un peu surpris d’entendre parler de Marble Sounds aussi tôt puisqu’une partie du lineup est commune. C’est de toute façon une excellente nouvelle tant les deux premiers albums avaient laissé un bon souvenir.

On avait constaté qu’Isbells prenait une direction plus évanescente, plus abstraite et subtile et on avait espéré que le versant plus catchy de cette bande se retrouverait sur Marble Sounds. Cette attente a donc été remplie même si cet album montre une luxuriance discrète qui réclame une certaine patience pour être appréhendée.

Certes, le premier morceau part tout de suite avec un chorus qui prend comme il doit mais il m’a fallu un peu de temps pour que tout cet album fasse son effet. Cet album attend donc son heure et il explosera un moment ou l’autre. Sans doute parce qu’on entend moins d’arpèges que par le passé, moins de mélodies poussées en avant et que leur nouveau style qui fait la part belle à un son plus léché, de nombreux instruments (K.V.).

Par contre, ils ont gardé la bonne habitude du morceau final en apothéose avec (How It’s Going To) End qui prend congé de nous de la meilleure des façons. Ce bel objet à la finition impeccable comporte toujours de beaux refrains (Set The Rules) et montre qu’ils peuvent aussi gérer magnifiquement la lenteur (Present Continuous) grâce à leurs harmonies vocales. Ce morceau pourrait convoquer de grandes orgues mais non, ils ne tombent pas dans le piège du spectaculaire. Ils préfèrent utiliser une petite rampe de lancement instrumentale pour lancer le plus enlevé These Paintings Never Dry.

Tout et Partout a quelques mots en français, rien de vraiment hallucinant pour un groupe belge (même néerlandophone), surtout que le titre même de l’album est inspiré de l’actrice française Audrey Tautou.

Cet album au charme encore plus discret mais plus luxuriant que pour les précédents ne marque cependant pas une énorme différence avec le groupe cousin Isbells. On constate néanmoins qu’aucune de ces deux formations n’a connu de coup de mou dans sa discographie, ce qui est remarquable et fera qu’on les suivra longtemps encore.

http://www.marblesounds.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)