Accueil > Musique > 2016 > Marble Sounds - Tautou

Marble Sounds - Tautou

vendredi 5 février 2016, par Marc


On avait eu des nouvelles récentes d’Isbells, on est donc un peu surpris d’entendre parler de Marble Sounds aussi tôt puisqu’une partie du lineup est commune. C’est de toute façon une excellente nouvelle tant les deux premiers albums avaient laissé un bon souvenir.

On avait constaté qu’Isbells prenait une direction plus évanescente, plus abstraite et subtile et on avait espéré que le versant plus catchy de cette bande se retrouverait sur Marble Sounds. Cette attente a donc été remplie même si cet album montre une luxuriance discrète qui réclame une certaine patience pour être appréhendée.

Certes, le premier morceau part tout de suite avec un chorus qui prend comme il doit mais il m’a fallu un peu de temps pour que tout cet album fasse son effet. Cet album attend donc son heure et il explosera un moment ou l’autre. Sans doute parce qu’on entend moins d’arpèges que par le passé, moins de mélodies poussées en avant et que leur nouveau style qui fait la part belle à un son plus léché, de nombreux instruments (K.V.).

Par contre, ils ont gardé la bonne habitude du morceau final en apothéose avec (How It’s Going To) End qui prend congé de nous de la meilleure des façons. Ce bel objet à la finition impeccable comporte toujours de beaux refrains (Set The Rules) et montre qu’ils peuvent aussi gérer magnifiquement la lenteur (Present Continuous) grâce à leurs harmonies vocales. Ce morceau pourrait convoquer de grandes orgues mais non, ils ne tombent pas dans le piège du spectaculaire. Ils préfèrent utiliser une petite rampe de lancement instrumentale pour lancer le plus enlevé These Paintings Never Dry.

Tout et Partout a quelques mots en français, rien de vraiment hallucinant pour un groupe belge (même néerlandophone), surtout que le titre même de l’album est inspiré de l’actrice française Audrey Tautou.

Cet album au charme encore plus discret mais plus luxuriant que pour les précédents ne marque cependant pas une énorme différence avec le groupe cousin Isbells. On constate néanmoins qu’aucune de ces deux formations n’a connu de coup de mou dans sa discographie, ce qui est remarquable et fera qu’on les suivra longtemps encore.

http://www.marblesounds.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)