Accueil > Musique > 2005 > Cali : Menteur

Cali : Menteur

dimanche 13 août 2006, par Marc


On se demande comment on a pu faire avant, tant il n’y a pas vraiment d’équivalent. En effet, Cali réussit la gageure de rassembler le grand public sans écorner son image auprès des personnes plus pointues l’ayant découvert. Sans doute grâce à cette sincérité viscérale qui transpire sous chaque mot et chaque note.

En presque deux ans, il s’est d’ailleurs fait pas mal de copains. Citons M et Daniel Darc qui collaborent ici ou encore Miossec à qui il rend hommage dans un titre et qui l’accompagne occasionnellement sur scène. Comme sur le premier album (L’Amour parfait), la plupart des chansons se divisent en deux thèmes : Quitter ou être quitté, voilà la principale question que semble se poser Cali. Et comme il y répond toujours fort bien, on ne va pas s’en plaindre. Car les amours de Cali sont toujours extrêmes, violentes, cyclothymiques. On l’imagine très bien : "C’est pas tout ça, je te largue, j’ai une chanson à faire". Mais d’autres éclairages sont également approchés : La jalousie (Pauvre Garçon avec Daniel Darc), les amoures plus, disons, "matures" avec le rigolo, touchant mais longuet Roberta ou encore les pères face à la garde de leur enfant (Le Vrai Père).

Comme souvent dans ces cas-là, les chansons plus optimistes sont moins convaincantes (Pour Jane ne m’agite pas malgré quelques jolies phrases). Mais peut-être que ce sont juste mes goûts.

Cet album vaut mieux que de la variété, même si les violons adoucissent largement le propos. Qu’est-ce que ça aurait donné avec une seule guitare acoustique ? On ne le saura pas, ce n’est pas dans les goûts du bonhomme.
Si l’album est plus inégal que le premier, il recèle au moins deux perles nettement au-dessus de ce qu’on fait habituellement dans notre langue. En effet, Je ne vivrai pas sans toi et Je te souhaite à mon pire ennemi combinent une intensité du son (guitares relevées de trompette dans le premier exemple), une rage et des mélodies vraiment emballantes. Des écoutes très nombreuses ne m’ont pas lassé et j’en redemande encore. Citons aussi l’accumulation de Je sais sont la répétition n’est pas sans rappeler certains Miossec (nous y revoilà). Et puis le ragtime de Tes yeux qui évoque avec une tendresse particulière la façon paradoxale qu’on a d’appréhender la femme de sa vie.

Qui se soucie de moi ? demande-t-il dans son premier single. Eh bien, beaucoup de monde, mon vieux Cali... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)