Accueil > Musique > 2005 > Cali : Menteur

Cali : Menteur

dimanche 13 août 2006, par Marc


On se demande comment on a pu faire avant, tant il n’y a pas vraiment d’équivalent. En effet, Cali réussit la gageure de rassembler le grand public sans écorner son image auprès des personnes plus pointues l’ayant découvert. Sans doute grâce à cette sincérité viscérale qui transpire sous chaque mot et chaque note.

En presque deux ans, il s’est d’ailleurs fait pas mal de copains. Citons M et Daniel Darc qui collaborent ici ou encore Miossec à qui il rend hommage dans un titre et qui l’accompagne occasionnellement sur scène. Comme sur le premier album (L’Amour parfait), la plupart des chansons se divisent en deux thèmes : Quitter ou être quitté, voilà la principale question que semble se poser Cali. Et comme il y répond toujours fort bien, on ne va pas s’en plaindre. Car les amours de Cali sont toujours extrêmes, violentes, cyclothymiques. On l’imagine très bien : "C’est pas tout ça, je te largue, j’ai une chanson à faire". Mais d’autres éclairages sont également approchés : La jalousie (Pauvre Garçon avec Daniel Darc), les amoures plus, disons, "matures" avec le rigolo, touchant mais longuet Roberta ou encore les pères face à la garde de leur enfant (Le Vrai Père).

Comme souvent dans ces cas-là, les chansons plus optimistes sont moins convaincantes (Pour Jane ne m’agite pas malgré quelques jolies phrases). Mais peut-être que ce sont juste mes goûts.

Cet album vaut mieux que de la variété, même si les violons adoucissent largement le propos. Qu’est-ce que ça aurait donné avec une seule guitare acoustique ? On ne le saura pas, ce n’est pas dans les goûts du bonhomme.
Si l’album est plus inégal que le premier, il recèle au moins deux perles nettement au-dessus de ce qu’on fait habituellement dans notre langue. En effet, Je ne vivrai pas sans toi et Je te souhaite à mon pire ennemi combinent une intensité du son (guitares relevées de trompette dans le premier exemple), une rage et des mélodies vraiment emballantes. Des écoutes très nombreuses ne m’ont pas lassé et j’en redemande encore. Citons aussi l’accumulation de Je sais sont la répétition n’est pas sans rappeler certains Miossec (nous y revoilà). Et puis le ragtime de Tes yeux qui évoque avec une tendresse particulière la façon paradoxale qu’on a d’appréhender la femme de sa vie.

Qui se soucie de moi ? demande-t-il dans son premier single. Eh bien, beaucoup de monde, mon vieux Cali... (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)