Accueil > Musique > 2016 > Cross Record - Wasi-Sabi

Cross Record - Wasi-Sabi

jeudi 25 février 2016, par Marc


Comme nous sommes des gens consciencieux, nous faisons nos devoirs avant de nous rendre en concert. Pour bien profiter de la première partie de Shearwater, il fallait donc se pencher sur l’album récemment sorti de Cross Record. Et une fois le concert passé, l’envie était grande de prolonger le plaisir de l’album.

Nés à Chicago et maintenant domiciliés au milieu de nulle part au Texas, le couple Emily Cross et Dans Duszynsi vient en effet avec Wasi-Sabi (visiblement un terme japonais pour l’acceptation de l’imperfection) de livrer un album à la fois intime et sombre qui sera gratifiant pour tout qui voudra le découvrir. Car il faut convenir aussi que l’abord est un peu âpre. Les deux premiers morceaux font la part belle à la voix éthérée d’Emily (pensez à Hope Sandoval en sympathique) avec peu de structure autour pour fixer l’oreille, juste quelques poussées de cuivres et cordes probablement synthétiques

Mais cette raideur disparait vite, dès Steady Waves, pour entrer dans une zone plus gratifiante avec un arpège lancinant et finalement un morceau moins nu qu’on pourrait le craindre. Oui, les anciens Wye Oak pourraient servir de référence, avec un chant plus éthéré. L’album est lancé et peut dérouler avec en point d’orgue le très hanté Something Unseen Touches a Flower To My Forehead. Ceux qui ont apprécié Chelsea Wolfe ou Ana Von Hausswolff l’an passé vont sans doute bien aimé ceci. Si vous avez connu les Raider, il n’est pas interdit de penser aux Cranes.

Assurer la première partie de Shearwater n’est pas le seul lien entre cette formation et celle de Jonathan Meiburg puisqu’on retrouve sur High Rise le renfort de Thor Harris, ancien membre et maintenant derrière les futs des immenses Swans. Il apporte avec bonheur sa frappe lourde sur un morceau dont le riff n’est pas si éloigné des Pixies pour en faire une bien belle chose à la fois délicate et puissante. Sur l’inquiétant Wasp In a Jar, il ressuscitent rien moins que la sécheresse des premiers PJ Harvey.

D’une manière générale, une profusion de références (on ajouterait Jenny Hval) dénote une difficulté à bien définir un style. Lequel peut s’apprécier sans nécessairement être nommé. C’est ce qui se passe ici parce que cet album d’un abord un peu rêche prend vite son envol et rejoint la pile des artistes singuliers qui n’ont pas peur de se faire sombre pour séduire. Non, je ne conseillerais pas ce groupe à tout le monde. Mais pour ceux qu’un peu de raideur ne rebute pas, curieux d’écouter une musique sans artifice, c’est une rencontre à faire.

https://crossrecord.bandcamp.com/album/wabi-sabi

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Cross Record - Wasi-Sabi 29 février 2016 18:19, par Mathusalem

    Et bien moi, je suis tombé sous le charme de l’étrangeté des atmosphères développées, de tout cet éventail sonore déployé juste par deux personnes, de ce voyage dans un autre univers…
    C’est attachant, intriguant, parfois un peu sombre certes, c’est surtout faussement minimaliste si l’on tient compte au final du nombre de kilomètres parcourus à arpenter leurs sentiers imaginaires… On dirait un disque scandinave, c’est dire à quel point on aime, ici... Cela fait quinze jour que le vinyle tourne régulièrement sur la platine… Un signe qui ne trompe pas.

    repondre message

    • Cross Record - Wasi-Sabi 21 mars 2016 13:32, par Guismo

      Ah, je dois pas m’en vouloir de t’avoir fait acheter le vinyl alors !

      Pas encore écouté moi, honte ! Il trone encore - intouché - sur ma cheminée....

      Guismo

      repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)