Accueil > Musique > 2016 > Underworld - Barbara Barbara, We Face a Shining Future

Underworld - Barbara Barbara, We Face a Shining Future

vendredi 18 mars 2016, par Marc


Parler de retour d’Underworld est toujours un peu difficile. Parce que si les albums s’espacent, le duo anglais formé de Karl Hyde et Rick Smith a toujours continué une activité, notamment dans les musiques de films de Danny Boyle et les rééditions des albums qui leur ont valu la célébrité.

Mais il y a fort à parier que les personnes qui se munissent d’un ticket pour leur tournée ne le sont pas grâce au souvenir énamouré de l’album Barking sorti en 2010… D’ailleurs, il est étrange de constater que si les deux sorties précédentes étaient passées presque complètement inaperçues, celle-ci jouit d’une flatteuse réputation un peu compliquée à comprendre au fil de l’écoute.

En 20 ans, bien des choses se sont passées, on a ingurgité des tonnes de de bonnes choses, trouvé nos doses d’adrénaline aussi bien chez Fuck Buttons que chez Stephan Bodzin ou Vitalic. Donc on ne les a clairement pas attendus mais on est toujours curieux de voir ce qu’ils proposent. Première constatation, leur son est toujours aussi reconnaissable, enveloppant et ils arrivent à éviter les marqueurs trop évidents qui ne seraient que des gimmicks cache-misère. Ils ne s’imposent pas non plus les giclées d’adrénaline qui ont pu rendre nombre de leurs morceaux inoubliables.

Certes, il reste quelques traces de montée sur Low Burn ou If Rah mais d’une manière générale, ces trop longs morceaux (l’interminable I Exhale fait 8’12’’ sur album, pas les 3’36" de la version ci-dessous) sont fort linéaires et souvent répétitifs. Ils ne proposent donc plus les belles montées, l’adrénaline de dancefloor. Fort bien, voyons ce qu’ils nous présentent à la place. Comme leurs contemporains sensiblement moins finauds de Faithless, ils ont la langue bien pendue, la noyant souvent de vocoder (Ova Nova). On a beau nous dire que ce sont de poignantes chansons d’amour, ce n’est pas la forme optimale pour l’exprimer si vous voulez notre avis.

Santiago Cuarto avec ses sons de kora synthétique pourrait fonctionner s’il y avait une tension à faire retomber mais en tant qu’intermède entre deux morceaux pas dingues, il accentue le sentiment de dilution. Nylon Strung quant à lui ressemble à un morceau de Gui Boratto qui serait parti chercher un café

Il fallait un prétexte crédible pour repartir en tournée et il ne faut pas voir d’autre justification à l’existence de cet album qui n’ajoutera rien à la légende de ce groupe. En tant qu’album donc, il distille un léger ennui relativement constant que leur manifeste savoir-faire ne fait jamais décoller. Certes, leur indéniable sens du son nous permet de revenir vers cet album plus que sur ses deux prédécesseurs, mais il ne présente pas assez de moments suffisamment forts pour nous ramener 20 ans en arrière.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)