Accueil > Musique > 2016 > Benjamin Schoos - Night Music, Love Songs

Benjamin Schoos - Night Music, Love Songs

lundi 21 mars 2016, par Marc


Le critique Wiliam Empson il y a longtemps établi que la poésie provenait de l’ambiguïté, laquelle peut se classer en sept origines différentes. C’est ce qui sous-tend le génial Seven Types of Ambiguity d’Eliott Perlman. A cette aune, il semble de prime abord que le dernier album de notre compatriote Benjamin Schoos soit dénué de poésie tant il met en œuvre exactement ce qu’il semble proposer.

Et ce qu’il propose est un album romantique au premier degré. Non dans l’acception nunuche du terme, mais dans l’élan d’enfant du siècle et noir qu’a connu la littérature il y a presque deux siècles. Mis en musique, ça se traduit par la redécouverte de vieux claviers analogiques qui constituent la colonne vertébrale de ces morceaux, par l’emploi d’un saxophone certes discret mais manifestement présent et par des textes ciselés par Jacques Duvall en qui il a bien trouvé en un partenaire de choix. Il assume le même romantisme, un rien narquois parfois mais fasciné par la noirceur insondable qui peut s’en dégager. Ce qui ne l’empêche pas d’exprimer une sensualité trouble (sue le très beau N’enlève Pas Tout).

Donc, Benjamin n’a pas peur. Ni du sax on l’a dit, ni du portrait frontal sur la pochette, ni de la voix de fausset occasionnelle, du vibrato du crooner. Ne venez pas parler de plaisir coupable, il n’a aucune envie de se planquer. Dès lors, pas d’ambiguïté et un risque de ridicule ? Non, parce qu’on le connait trop pour ne pas se souvenir que ce n’est qu’une facette de sa personnalité et puis le résultat est très cohérent, le situant à mi-chemin entre la mélancolie d’Etienne Daho (le chant faussement désincarné) et le lyrisme décomplexé de Sébastien Tellier.

On le connait trop pour ne pas penser que c’est une envie passagère, mais on devine aussi que c’est un aboutissement pour lui, une expérimentation pour assurer la cohérence maximum entre le fond et la forme. Exit donc pour cette réalisation les nombreuses collaborations de l’album précédent, les pépites pop comme Je Ne Vois Que Vous, et même la tournée pour appuyer la sortie de l’album.

Ceci dit, les paroles ou les thèmes ne sont pas tous élégiaques, permettant quelques amusantes considérations.

Dans ma robe de bal
Pauv’ débutante
J’m’en sors pas trop mal
Un peu vieille tante
(Le Grand Paquebot Va Sombrer)

Dans Conducteur Fantôme, un automobiliste réalise à la fin que c’est peut-être lui qui est à contresens. Cette métaphore peut aussi s’étendre à cet album qui navigue à contre-courant en parfaite connaissance de cause.

Un album romantique assumé dans ce monde de brutes ? Tout à fait ! Et ça peut marcher parce qu’il ne se cache pas, parce que son talent ne l’oblige même pas à se retrancher derrière une ironie ou une distance narquoise. Comme il fait partie de ceux dont on ne peut (ni ne veut, du reste) jamais situer l’humour et l’amour véritable, c’est l’auditeur et sa connivence avec Benjamin qui tempère le sérieux, qui apporte sa propre distance. C’est déjà Jaques Duvall qui a mis dans la bouche de leur autre nouveau comparse Alain Chamfort ce qui semble être leur mot-d’ordre

Souris puisque c’est grave
Seules les plaisanteries doivent
Se faire dans le plus grand sérieux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Nadine Khouri - Another Life

    Quand on retient un nom des années et des centaines de critiques plus tard, c’est plutôt bon signe, non ? C’est ce qui s’est passé avec Nadine Khouri dont l’écho de The Salted Air résonne encore à l’heure de découvrir cet Another Life. Ce n’est pas qu’il était flashy pourtant, ou que le style soit si singulier. Mais les morceaux font leur chemin tout seuls. Il y a des artistes qui font ça mieux, c’est comme ça. On retrouve logiquement ces qualités ici. Et d’emblée, avec un Another Life presque arrêté. On (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)