Accueil > Musique > 2016 > Benjamin Schoos - Night Music, Love Songs

Benjamin Schoos - Night Music, Love Songs

lundi 21 mars 2016, par Marc


Le critique Wiliam Empson il y a longtemps établi que la poésie provenait de l’ambiguïté, laquelle peut se classer en sept origines différentes. C’est ce qui sous-tend le génial Seven Types of Ambiguity d’Eliott Perlman. A cette aune, il semble de prime abord que le dernier album de notre compatriote Benjamin Schoos soit dénué de poésie tant il met en œuvre exactement ce qu’il semble proposer.

Et ce qu’il propose est un album romantique au premier degré. Non dans l’acception nunuche du terme, mais dans l’élan d’enfant du siècle et noir qu’a connu la littérature il y a presque deux siècles. Mis en musique, ça se traduit par la redécouverte de vieux claviers analogiques qui constituent la colonne vertébrale de ces morceaux, par l’emploi d’un saxophone certes discret mais manifestement présent et par des textes ciselés par Jacques Duvall en qui il a bien trouvé en un partenaire de choix. Il assume le même romantisme, un rien narquois parfois mais fasciné par la noirceur insondable qui peut s’en dégager. Ce qui ne l’empêche pas d’exprimer une sensualité trouble (sue le très beau N’enlève Pas Tout).

Donc, Benjamin n’a pas peur. Ni du sax on l’a dit, ni du portrait frontal sur la pochette, ni de la voix de fausset occasionnelle, du vibrato du crooner. Ne venez pas parler de plaisir coupable, il n’a aucune envie de se planquer. Dès lors, pas d’ambiguïté et un risque de ridicule ? Non, parce qu’on le connait trop pour ne pas se souvenir que ce n’est qu’une facette de sa personnalité et puis le résultat est très cohérent, le situant à mi-chemin entre la mélancolie d’Etienne Daho (le chant faussement désincarné) et le lyrisme décomplexé de Sébastien Tellier.

On le connait trop pour ne pas penser que c’est une envie passagère, mais on devine aussi que c’est un aboutissement pour lui, une expérimentation pour assurer la cohérence maximum entre le fond et la forme. Exit donc pour cette réalisation les nombreuses collaborations de l’album précédent, les pépites pop comme Je Ne Vois Que Vous, et même la tournée pour appuyer la sortie de l’album.

Ceci dit, les paroles ou les thèmes ne sont pas tous élégiaques, permettant quelques amusantes considérations.

Dans ma robe de bal
Pauv’ débutante
J’m’en sors pas trop mal
Un peu vieille tante
(Le Grand Paquebot Va Sombrer)

Dans Conducteur Fantôme, un automobiliste réalise à la fin que c’est peut-être lui qui est à contresens. Cette métaphore peut aussi s’étendre à cet album qui navigue à contre-courant en parfaite connaissance de cause.

Un album romantique assumé dans ce monde de brutes ? Tout à fait ! Et ça peut marcher parce qu’il ne se cache pas, parce que son talent ne l’oblige même pas à se retrancher derrière une ironie ou une distance narquoise. Comme il fait partie de ceux dont on ne peut (ni ne veut, du reste) jamais situer l’humour et l’amour véritable, c’est l’auditeur et sa connivence avec Benjamin qui tempère le sérieux, qui apporte sa propre distance. C’est déjà Jaques Duvall qui a mis dans la bouche de leur autre nouveau comparse Alain Chamfort ce qui semble être leur mot-d’ordre

Souris puisque c’est grave
Seules les plaisanteries doivent
Se faire dans le plus grand sérieux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)