Accueil > Critiques > 2016

Dan San - Shelter

mardi 19 avril 2016, par marc


Confirmer des espoirs est une chose bien compliquée. Alors, quand on a déjà livré un premier EP et un album solides, il faut déjà se remettre en question. Après quelques projets latéraux (Thomas Médard chez The Feather, Maxime Lhussier avec Pale Grey, Jérôme Magnée avec Gaëtan Streel), le retour des Liégeois a donc décidé d’opérer une évolution sensible.

On attendait un retour plus pop de leur part puisque les singles livrés en éclaireurs comme America ne laissaient planer aucun doute. Cependant, dans le contexte de l’album, ce morceau semble bien plus pop et léger que le reste, avec ses arpèges aériens et ses cloches. Dream pourrait quant à lui se retrouver sur les Piqûres d’Araignée de Vincent Delerm. Enfin, musicalement parce qu’un de leurs points forts reste les harmonies vocales. Ce morceaux carte de visite sont donc ceux qui sont le plus en contrepoint à leur ancienne façon plus dense.

Comme ce Shelter est plus léger, il prend plus de temps à distiller ses qualités, séduisant au final par sa délicatesse et sa maturité. Certes, il faut s’habituer à cette nouvelle douceur parce que ce qu’on aimait aussi chez eux, c’est la force tranquille qui les tenait pas si éloignés de formations comme Midlake. Tant qu’on en est dans les comparaisons, le plaisir d’écoute est plus proche de celui d’une formation comme Musée Mecanique. A savoir une belle ampleur qui ne se dévoile qu’après plusieurs écoutes pour ne plus lâcher ensuite.

Ce relatif revirement est en tous cas une volonté dès le départ, pas une conséquence ou un dommage collatéral. Sans doute faut-il y voir la marque du producteur Yann Arnaud (Air, Phoenix, Syd Matters...) qui a accompagné cette gestation. Avec une envie de tracer sa propre route, d’employer des synthés analogiques et de donner plus de lisibilité aux morceaux en détachant plus clairement les portions chantées à une seule voix des chœurs. Cet aspect est très réussi, surtout qu’ils peuvent compter sur plusieurs vocalistes de talent. Ocean propose quelques soubresauts que viennent tout de suite tempérer des chœurs culottés.

Les voix restent donc un point fort, ce qui est un avantage certain par rapport à, disons, Girls In Hawaï pour rester en Belgique. Nautilus I un peu enlevé mais toujours délicat. Nautilus II montre qu’ils n’ont pas besoin de chant pour décoller, directement et à la verticale, vers des nuages tout contents de les accueillir. C’est un morceau indispensable pour prouver leur maitrise. Si on appose les deux morceaux, on obtient la pièce de résistance de cet album, combinant leur nouvelle légèreté et leur densité habituelle. Seahorse garde ce côté aérien qu’on avait retrouvé avec plaisir sur l’album solo de Thomas Médard en tant que The Feather et Up repart presque avec cuivres et c’est vraiment enthousiasmant, montrant qu’ils n’ont pas tourné le dos à ce qu’ils ont si bien fait.

Plus pop, plus léger mais pas moins ample, Dan San trace de plus en plus son chemin en direction des symphonies de poche. A l’aveugle, on pourrait sans doute plus facilement situer la formation comme provenant de Portland, Oregon que de la Cité Ardente. C’est un compliment pour la formation Jaune Orange qu’on fait là parce que la maîtrise est totale et devrait élargir encore leur notoriété.

http://www.dansan.be/
http://www.deezer.com/album/12276252

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)