Accueil > Musique > 2016 > Hein Cooper - The Art of Escape

Hein Cooper - The Art of Escape

lundi 25 avril 2016, par Marc


Le premier album du jeune Australien Hein Cooper confirme la première impression laissée par son prometteur EP de l’an passé, on va entendre parler de lui. Le premier morceau était déjà connu puisqu’il figurait sur son premier EP, tout comme deux autres. C’étaient déjà de bien belles choses, donc la surprise n’est plus vraiment de mise. Par contre, le remix qui semblait ouvrir de nouvelles perspectives et appelait d’autres comparaisons (James Blake, ce genre) n’est plus au rendez-vous, mais on garde en tête que ces morceaux pourraient prendre une autre direction. Ceci dit, l’album y gagne en cohérence. Parce que les 10 morceaux présentés ici montrent une belle constance.

Rusty est présenté en single et est trop faussement anodin pour vraiment donner une idée du plein potentiel du garçon. Il y a pourtant bien de bonnes choses, comme sa belle voix posée qui n’en fait pas trop, qui peut s’aventurer dignement en voix de tête. Les arrangements restent assez acoustiques mais en tendant l’oreille, la sobre production est remarquable d’équilibre. Il faut évidemment signaler que c’est toujours Marcus Paquin (qui a produit ce The National, ce Stars et ce Little Scream) qui est à la manœuvre.

Une de ses forces est d’avoir suffisamment d’intensité pour se contenter de peu mais ajouter subtilement des éléments qui renforcent ces morceaux jamais mièvres. Ce qui lui permet mine de rien de belles prises d’intensité sur Water qui peut se présenter comme une balade. Son style peut donc se décliner en acoustique Curse My Life, utiliser sa voix de tête sur Overflow ou soigner l’impeccable coolitude de Dopamine. Mais ce côté soul n’est pas la seule corde à son arc puisque All My Desires ne déplaira pas aux fans de Conor Oberst. Il en a en tous cas la ténacité lancinante, l’allant que rien ne semble perturber.

On a aussi signalé que les impeccables The Real et The Art of Escape sont au rendez-vous, se présentant comme les plus évidentes cartes de visites. La discrétion efficace de Hein Cooper semble en tous taillée pour le succès tant cet album confirme les bonnes impressions ressenties à l’écoute de l’EP de l’an passé. L’avenir seul nous dira si les foules partagent mon enthousiasme.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)