Accueil > Critiques > 2016

Moonface with Siinai - My Best Human Face

mardi 7 juin 2016, par marc


Sans doute qu’un jour Spencer Krug aura la notoriété qu’il mérite. Sans doute que son fantastique album Julia With Blue Jeans On sera un classique, peut-être même que ses concerts qui dévastent l’âme seront remplis à craquer. On reconnaîtra peut-être aussi que Wolf Parade est un des derniers grands groupes de rock par la fièvre qu’ils ont toujours. Et puis on redécouvrira la folie de Sunset Rubdown, la complexité de Swan Lake et la profondeur de ses collaborations avec les Finlandais de Siinai. En attendant, on se bornera à prêcher sa bonne parole dès qu’on peut.

Il y a quatre ans déjà, on avait apprécié ce qu’avait donné la collaboration entre le Canadien et ses comparses nordiques. Heartbreaking Bravery était sombre et dense, plus direct aussi que ce que Krug nous avait proposé jusque-là. Moonface with Sinaii, c’est donc assez différent de Moonface tout court. Et ce qu’on entend ici se rapproche plus de ce que propose Siinai tout seul.

Evidemment, il y a Spencer Krug à la manœuvre, en tant que chanteur et musicien. Si les parties instrumentales ont été enregistrées en Finlande en 2014, les voix et les chœurs sont bien postérieurs, ajoutés par Krug à son retour au Canada. Bien franchement, on ne sent jamais l’assemblage. Si on n’a pas droit au piano-voix qui vrille l’âme, on retrouve une nouvelle version plus policée de City Wrecker qui servait aussi de plage titulaire à son précédent EP.

Pour le reste, le paysage reste tendu et varié, entre le gimmick tout en montées et descentes du marquant They Call Themselves Old Punks et même quand ça a la teinte de synth-pop, on entend une vraie pulsation (Prairie Boy). Le bouillonnement est en effet toujours présent sous la surface de The Nightclub Artist, sous la tension du déjà connu Risto’s Riff.

Un Ugly Flower Pretty Vase part sur un mode musical et dégage tout de même une belle intensité. Pas à dire, ce groupe lui convient bien, lui permettant même de retrouver une belle lourdeur héroïque sur le final The Queen of Both Darkness and Light. Et c’est encore une fois grandiose. Un jour j’écrirai l’article que j’ai en tête sur les morceaux de fin d’album. Pensez ici à un slow de Procul Harum qui se serait retrouvé sur Funeral d’Arcade Fire. Ce qui est différent de la bande Buttler/Chassagne c’est le niveau d’auto-flagellation qui est plus proche de Robin Propper-Shepard.

I never planned to be this shitty singer/Come slither through your door/I always planned to be something/A little bit more

You never planned to be the Queen/Of both Darkness and Light/But a spirit that is free/Is a spirit that has always been/Deaf and dumb and blind

Si Spencer Krug lui-même ne semble pas certain de collaborer de nouveau avec Siinai, il n’en reste pas moins que leur fusion est assez remarquable, mêlant adroitement une musique tendue et la force d’interprétation de Krug. Encore une belle réussite pour un des artistes majeurs trop méconnus de notre époque.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)