Accueil > Musique > 2016 > Gaëtan Streel - Two Days at a Time

Gaëtan Streel - Two Days at a Time

jeudi 9 juin 2016, par Marc


Évoluer est sans doute la chose la plus difficile à réussir en musique. Ainsi, la question a pu se poser pour le liégeois Gaëtan Streel au moment de préparer son second album solo. Il pouvait par exemple donner de l’ampleur à sa musique ou changer de langue pour donner un successeur à One Day at a Time. Eh bien, il a choisi de faire les deux. En même temps.

Le changement le plus rapidement identifiable est évidemment l’emploi de la langue française sur la moitié des titres. Fort heureusement, il ne se départit pas de son esprit pop. Ce qui en fait de la pop en français plutôt que de la chanson française. C’est une nuance, certes, mais qui a son importance. On la sent dès Chacun Pour Soi, avec son ironie légère qui tempère bien la légèreté sautillante de la musique. Ce ton personnel se retrouve aussi sur le très réussi 138g qui traite de ce que doivent sans doute subir les artistes quand ils se retrouvent face à des gens de la vraie vie.

Mais en sus de cette légèreté, il y a aussi D’un néant à l’Autre avec une voix qui parle, une musique plus lourde rehaussée de violons qui le rapproche plus d’artistes comme Mendelson ou Carl et les Hommes Boîtes. Déjà-vu propose aussi un refrain déclamé et est aussi plus sombre. Ce n’en est pas anxiogène pour autant mais dans le cadre de l’album, c’est un contrepoint bienvenu au reste plus léger et pop. Donc même en français, ce n’est pas uniforme. Et quand c’est en anglais, ce n’est pas non plus pareil à ce qu’on avait connu, tellement proche d’Elliott Smith parfois que c’en était troublant.

The Meaning est bien fini, avec une section rythmique bien en place et des cordes discrètes qui appuient l’ensemble. Et puis un démarrage en bonne et due forme. Your Turn est aussi un morceau pop ample avec chœurs, montée et tout le tremblement, Life’s Great (Then You Die) montre qu’il peut se lancer dans un morceau plus rapide et enlevé, tout comme la belle fin aérienne de Si Loin de Moi prouve qu’il a pris plusieurs tailles d’un coup. On se dit que le label Jaune Orange devient un repère d’orfèvres comme on en a eu la confirmation par Dan San récemment.

Bien honnêtement, on n’a pas vu venir cet album. Certes, on avait appris que Gaetan s’était mis au français, mais on n’avait pas anticipé qu’il déborderait aussi largement de son cadre folk très marqué par Elliott Smith. Le résultat est fort éclectique, et sans doute appelé à se préciser par la suite. Ou pas, les pistes étant suffisamment abouties pour être poursuivies.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)