Accueil > Musique > 2016 > Minor Victories - Minor Victories

Minor Victories - Minor Victories

lundi 20 juin 2016, par Marc


Vous n’en avez peut-être pas rêvé mais ils l’ont fait quand même. Minor Victories est donc la conjonction des talents de Rachel Goswell (Slowdive), Stuart Braithwaite (Mogwai) et Justin Lockey (Editors), plus son frère James Lockey à la basse. Sans doute qu’on ne peut pas les considérer comme de vraies stars en dépit du statut de leurs groupes respectifs, aussi se gardera-t-on de parler tout de suite de supergroupe.

Side-project multiple est sans doute plus exact, surtout que les protagonistes avouent n’avoir pas vraiment enregistré ensemble. Ce qui est paradoxal tant Minor Victories semble aller dans une seule direction sans se disperser.

Le son est évidemment la première chose qu’on remarque, plus que les ébouriffants talents vocaux ou mélodiques. La voix de Rachel Goswell est d’ailleurs fort peu spectaculaire, poussée fort haut et discrète dans le mix. C’est plus qu’une règle, c’est carrément un poncif et on s’y plie de bonne grâce, surtout que le public auquel se destine cet album sait exactement ce qu’il est venu chercher. Seule la présence de Mark Kozelek (Sun Kil Moon) sur un For You Always pertinemment relevé de cloches vient briser le schéma préétabli. Parfois d’ailleurs, la mélodie semble tout droit débouler d’une antique compile des nineties (Scattered Ashes). Ceci dit Out of Sea pourrait même se passer de chant tant il apporte peu à ce morceau pratiquement post-rock et dense qui explose comme les bons Mono. On apprécie bien évidemment.

Les moyens peuvent varier, certes, mais le résultat est assez remarquable de constance. Dans le détail, A Hundred Ropes peut s’appuyer sur des synthés ou plus de cordes qui aèrent le propos et donne une jolie patine à cette musique plus pop qu’elle n’ose l’avouer. Ce sont ces cordes qui rendent Breaking My Light aussi languide. Et si certains morceaux sont plus percutants, ce n’est pas parce que la mélodie est marquante ou que le tempo s’envole, mais parce que le son est plus dense (Folk Arp, Cogs). D’ailleurs ce n’est pas vraiment de la musique à écouter en sourdine. Pas question de vous fâcher avec votre voisinage ou mettre vos tympans en danger pour autant, mais ces structures ont besoin d’un peu de volume (un peu, hein…) pour s’exprimer.

Mais l’uniformité ne guette pas vraiment. En musiciens roublards et expérimentés qu’ils sont, ils ont séquencé cet album qui progresse vers des morceaux moins alanguis et puis épais, repoussant les poussées de fièvre en fin d’album, une fois l’ambiance bien établie. Non, la lenteur ne pouvait pas leur faire peur et l’embrasement final d’un Higher Hopes qui commence par un piano apaisé est inévitable, bien heureusement serait-on tenté de dire.

Il y a fort à parier que le public de cet album bourré de compétences, très gouleyant album et bâti pour les hautes rotations plus que pour les coups d’éclat se connait déjà. La complémentarité des membres ne fait jamais défaut, et on a rarement été aussi content de ne pas être surpris.

http://minor-victories.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)