Accueil > Musique > 2016 > Will Butler - Friday Night

Will Butler - Friday Night

jeudi 30 juin 2016, par Marc


Sans doute pour échapper aux stades auxquels Arcade Fire se destine, Will Butler décide de défendre son album sorti l’an passé en investissant des clubs pour un show qui repose en grande partie sur la connivence avec le public. Le résultat a évidemment un gros potentiel d’amusement qu’Arcade Fire n’a plus. La preuve par ce Friday Night qui est une captation live d’une performance du turbulent petit frère de Win, l’inamovible leader avec sa femme Régine Chassagne du désormais hénaurme groupe de Montréal.

Son sens du spectacle s’incarne en tous cas en d’amusants gimmicks. Commencer un album live par les rappels n’est en effet pas banal, tout comme il est inhabituel (mais pas inédit) d’avoir recours à une comédienne pour l’introduire et divertir un long chorus final. C’est en effet Jo Firestone qui demande au public de copieusement le huer à son entrée sur scène et qui vient divertir le final Friday Night. On est à ces moments-là plus proches de l’entertainement pur, même si les interventions parlées sont assez limitées tout au long de l’album. Le ton acerbe est impré.gné de second degré, lequel a entièrement disparu des plus compassés Arcade Fire.

Il est accompagné d’un vrai bon groupe , même s’il ne reçoit pas le renfort de Jeremy Gara ici. Ce qui rend cet album paradoxalement plus plaisant et direct que son prédécesseur en studio et réserve pas mal de nouveautés. La setlist est en effet plus fournie que celle du studio, ce qui nous vaut une bonne moitié d’inédits et quelques bons moments aussi. Notamment sur un Sun Comes Up très bien maîtrisé, ressemblant un peu à ce qu’on entendait sur les derniers The Rapture et dont les plus attentifs remarqueront que les paroles font référence au I Shall Be Released de Bob Dylan.

D’autres sont construits sur une tension patiemment construite comme Madonna Can’t Save Me Now, qui assure la transition avec le plus funk Something’s Coming (aussi proche de l’axe The Rapture/  !!!). Evidemment, on le sent plus à son aise sur le plus garage Take My Side ou le presque post-punk II que sur la plage titulaire. Non, ce n’est pas un interprète inoubliable mais il fait indéniablement le job. Notons aussi que les trois musiciens semblent particulièrement à l’aise, leur solidité permettant à leur leader d’amuser la galerie en toute sérénité.

Si on pensait que ce premier album solo de Will était un acte d’émancipation, une façon de garder intacte sa créativité en marge des activités du groupe de base fortement chapeauté par son grand frère Win, ce live vient confirmer qu’il en a encore sous la pédale, qu’on tient un artiste à part entière, capable de défendre son univers propre en studio ou sur scène. Et on se dit qu’on ne ratera plus son prochain passage pas loin de chez nous.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

    S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.
    Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que (...)