Accueil > Musique > 2016 > Band of Horses - Why Are You OK

Band of Horses - Why Are You OK

vendredi 8 juillet 2016, par Marc


Il est des groupes tellement familiers qu’on n’a même plus besoin d’écouter leurs albums pour voir où ils en sont. Il faut avouer que la suite du très emballant début Everything All the Time ne nous avait pas donné toutes les garanties qu’on aurait espéré. Trois albums et neuf ans après Cease To Begin donc, nous voilà tentant de raccrocher le train de la bande de Ben Bridwell. Certes, on avait eu de ses nouvelles via la collaboration de ce dernier avec ses potes d’Iron & Wine mais c’est surtout via d’autres groupes comme The Lighthouse and The Whaler que la flamme de leur premier album survivait.

Visiblement, ils ont eux aussi ressenti le désir de se recentrer, de revenir à leurs fondamentaux. Dans cette optique, c’est Jason Lytle (Grandaddy) qui est à la production, plus de vieux briscards qui avaient aussi frayé avec les Eagles ou Steve Miller, figures un peu éloignées du landerneau indie de base. Sans doute est-ce le petit coup de pouce dont ils avaient besoin pour garder toute notre sympathie. Cette influence est assez diffuse cependant, on ne la ressent vraiment que sur le plus pop et assez délectable Country Teen.

Ces retrouvailles ont été bien agréables. On n’attendait plus monts et merveilles de ce groupe de toute façon. Le premier morceau est éthéré à souhait avant de se gorger de grosses guitares, avec comme tout au long de l’album la voix de son leader Ben Bridwell comme point d’accroche. Le reste est forcément un long fleuve tranquille, prenant parfois de la hauteur (Solemn Oath) mais offrant un beau spectacle de méandres doux (Lying Under Oak, Wherever, Whenever), langoureux (le beau Barrel House) et poussant forcément jusqu’au mid-tempo (Hag). Comme souvent, c’est une musique qui ne peut être intense qu’avec une certaine volonté de l’auditeur. Et la multiplication des écoutes augmente aussi le plaisir.

On pensait Band of Horses destinés à grandir en direction des stades et on est aussi rassurés qu’ils aient pu rester très intimes. Certes, c’est toujours un défi lance à l’attention mais ces retrouvailles dégagent une sensation de légèreté qu’on a apprécié.

http://www.bandofhorses.com/whyareyouok/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)