Accueil > Musique > 2016 > Band of Horses - Why Are You OK

Band of Horses - Why Are You OK

vendredi 8 juillet 2016, par Marc


Il est des groupes tellement familiers qu’on n’a même plus besoin d’écouter leurs albums pour voir où ils en sont. Il faut avouer que la suite du très emballant début Everything All the Time ne nous avait pas donné toutes les garanties qu’on aurait espéré. Trois albums et neuf ans après Cease To Begin donc, nous voilà tentant de raccrocher le train de la bande de Ben Bridwell. Certes, on avait eu de ses nouvelles via la collaboration de ce dernier avec ses potes d’Iron & Wine mais c’est surtout via d’autres groupes comme The Lighthouse and The Whaler que la flamme de leur premier album survivait.

Visiblement, ils ont eux aussi ressenti le désir de se recentrer, de revenir à leurs fondamentaux. Dans cette optique, c’est Jason Lytle (Grandaddy) qui est à la production, plus de vieux briscards qui avaient aussi frayé avec les Eagles ou Steve Miller, figures un peu éloignées du landerneau indie de base. Sans doute est-ce le petit coup de pouce dont ils avaient besoin pour garder toute notre sympathie. Cette influence est assez diffuse cependant, on ne la ressent vraiment que sur le plus pop et assez délectable Country Teen.

Ces retrouvailles ont été bien agréables. On n’attendait plus monts et merveilles de ce groupe de toute façon. Le premier morceau est éthéré à souhait avant de se gorger de grosses guitares, avec comme tout au long de l’album la voix de son leader Ben Bridwell comme point d’accroche. Le reste est forcément un long fleuve tranquille, prenant parfois de la hauteur (Solemn Oath) mais offrant un beau spectacle de méandres doux (Lying Under Oak, Wherever, Whenever), langoureux (le beau Barrel House) et poussant forcément jusqu’au mid-tempo (Hag). Comme souvent, c’est une musique qui ne peut être intense qu’avec une certaine volonté de l’auditeur. Et la multiplication des écoutes augmente aussi le plaisir.

On pensait Band of Horses destinés à grandir en direction des stades et on est aussi rassurés qu’ils aient pu rester très intimes. Certes, c’est toujours un défi lance à l’attention mais ces retrouvailles dégagent une sensation de légèreté qu’on a apprécié.

http://www.bandofhorses.com/whyareyouok/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)