Accueil > Musique > 2016 > Swans - The Glowing Man

Swans - The Glowing Man

mercredi 27 juillet 2016, par Marc


En critique, la chance du débutant n’existe pas. Il serait illusoire de penser qu’en débarquant à la fin d’une discographie fournie l’avis serait plus frais et pertinent. Ça m’est arrivé aussi, je ne me fais pas d’illusion. Et puis il faut bien se lancer un jour.

Donc, dans le but de ne pas périr aussi idiot que je ne suis né, je me suis attelé à cette copieuse et dense discographie des Swans. Et bon, ça n’a pas été un long fleuve tranquille tant les débuts sont rudes, bruts et hardcore. Bien honnêtement, sans connaitre la suite, je me serais bien vite arrêté. Mais Swans n’est pas un groupe comme les autres et on peut aussi les appréhender comme un groupe ayant débuté en 2010, il est vrai après un hiatus de 14 ans. Pour mettre tout ça en perspective, je vais d’ailleurs m’atteler au bouquin de Benjamin Fogel consacré à la tête pensante Michael Gira. Ne pas mourir idiot, encore.

Ne vous laissez pas tromper par le fait qu’il ne comporte que huit titres, cet hénaurme album qui propose deux heures de musique. Et comme toutes les œuvres d’ampleur, il prend son temps pour démarrer. Le long premier morceau qui installe l’ambiance, avec quelques cris. Et puis on sent cette montée inéluctable. Seul un groupe sur de ses moyens et économe de ses effets peut avoir cette assurance, cette force tranquille. Je connais donc un peu Swans, certes, mais peut-être trop superficiellement pour ne pas rater les auto-références. C’est donc vers des formations comme Fields of The Nephilim que je me tourne pour retrouver cette transe un peu sombre, cette langueur de plaine désolée et humide. La voix n’est pas pareille, mais c’est le même plaisir de lâcher prise, de se laisser aller en compagnie d’artistes concernés et hantés.

On retrouve aussi ce gros grondement sur Cloud of The Unknowing. Et là, la mâchoire inférieure reprend sa liberté et descend. Oui, on est plus dans la densité de ciel d’orage de Godspeed You ! Black Emperor. Et ça en a la force de percussion, la même montée inexorable sur quelques accords, la section rythmique (avec aux fûts un certain Thor Harris déjà vu avec Shearwater) qui prend les choses en main. On a en plus une voix bien trippée qui déclame mais pour le reste, il partage le même potentiel de fascination, la même longueur hors normes (25 minutes tout de même), le même risque d’ennui si on ne pénètre pas cet univers et l’envie de les suivre au bout du voyage sonore dans le cas contraire. Et puis fatalement, un gros chaos qui fournit son content de frissons. Ils ne sont pas à leur coup d’essai bien entendu, on se rappelle le magnifique Lunacy sur The Seer.

Sur le plus lancinant The World Looks Red/ The World Looks Black, ils montrent toujours cette capacité à calmer le jeu, à placer du vrai chant pour mieux repartir, pour recréer du faux chaos. Parce que ce morceau en avait besoin, l’auditeur fourbu aussi.

People Like Us est un morceau de transition, une incartade loin du hors-format tout comme on en retrouvait sur les albums récents. Pour le coup, on n’est pas trop éloignés de l’univers de Nick Cave ou Black Heart Procession. Leur longue discographie montre des circonvolutions plus étranges que ceci il faut le dire, avec sur des albums récents une propension à se réfugier dans un folk presque pastoral dans ces moments-là.

Oui, on approche d’un post-rock burné sur Franckie M. La transe certaine mais bon, ses 20 minutes ne sont pas uniformément passionnantes et le déforcent dans le cadre d’un album aussi copieux. Il faut plus que When Will I Return pour le digérer. Ce morceau chanté par la femme Jennifer Gira est d’ailleurs troublant puisqu’on y entend un souvenir traumatisant d’agression. L’apaisement n’est donc que de surface.

Les plats de résistance s’enchainent donc et ce n’est pas le grandiose et trippant The Glowing Man qui passera pour une gentille transition. Le son est énorme, l’engagement total et l’effet garanti. On se calme pour le final Finally, Peace. Et c’est bien beau et intense, plus aéré que ce qu’on a entendu au long des deux heures d’écoute. La longueur est là, mais l’intensité aussi, et je dois bien avouer qu’on en sort essoré mais ravi, étonné d’être toujours là, comme après une randonnée grandiose qui emprunte plusieurs cols.

Impressionnant, intimidant même, voilà les épithètes qui viennent tout de suite à l’esprit quand on évoque ce The Glowing Man. Evidemment, elles s’appliquent aussi à toute la discographie récente du groupe de Michael Gira qui pense être à la fin d’un cycle. Ce qui signifie donc qu’on ne sait pas où ni quand l’attendre. Cet album fait en tout cas une remarquable synthèse de ce qu’on a pu attendre de la dernière mouture de cette formation tellement unique.

Bon, il faut un peu de temps devant vous pour déguster cette version live fournie avec le DVD offert avec la version deluxe du cd et qui donne envie d’aller voir ça en concert.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)